Le PDG du Groupe Futurelec, Mamadou Sylla serait de retour au bercail depuis le 1er décembre dernier, après plusieurs mois d’absence pour des raisons de santé.

Aussitôt à Conakry, le « fougueux » Mamadou Sylla a entrepris des manœuvres en vue de « sauver la baraquer », face à la menace que constitue la fronde lancée par Papa Hann, qui a annoncé la tenue d’un congrès le 10 décembre prochain, pour le renouvellement du bureau du Conseil national du patronat de Guinée (CNP-Guinée).

Il conviendrait de rappeler que Mamadou Sylla avait disparu du paysage sociopolitique depuis plusieurs mois pour des raisons de santé. Le président du parti UDG, avait en effet été admis dans un hôpital parisien, où il suivait des soins contre un diabète aigu.

Durant son absence, le CNPG dont il n’est certes plus le président, après avoir passé la main à Ansoumane Kaba, PDG de la société « Guiter SA », a continué sa traversée du désert.

Ainsi au bras de fer entre Sékou Cissé, président par intérim de l’organisation patronale et le camp de Kaba « Guiter », est venue se greffer la fronde menée par Mohamed Habib Hann. Ce dernier aidé par Mme Aissatou Baldé a clamé haut et fort que ceux qui dirigent en ce moment le CNPG, ne sont d’aucune légitimité. Allusion faite notamment à Ansoumane Kaba.

D’où cette velléité de prendre la tête de cette structure dont son père Elhadj Galé Hann a été le premier président.

Sékou Cissé, le président intérimaire lui, fait profil bas. Il dit compter dorénavant  sur la médiation entreprise par un collège dans lequel on retrouve Aly Sady, PDG de Sonit pêche.

D’après nos informations, Mamadou Sylla aurait entamé des consultations sur fond de manœuvres dilatoires, en vue de se payer la tête des frondeurs.

Mamady Condé pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici