Lors de la manifestation organisée, lundi 14 octobre dernier, par le FNDC (Front National pour la Défense de la Constitution), bon nombre d’observateurs ont critiqué l’attitude adoptée par des leaders de ce front vis-à-vis de cette manifestation qui a fait une dizaine de morts. Parmi ces leaders, Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré qui n’ont pas daigné descendre dans la rue, sous prétexte que leurs domiciles étaient quadrillés par des agents des forces de sécurité.

Certains poussent l’accusation jusqu’à dire que les deux ténors de l’opposition guinéenne se sont ‘‘autoconfinés’’

Interrogé sur cette question par nos confrères de la radio Espace FM, lundi matin, le président de l’UFR s’est défendu : “comment voulez-vous que des gens qui tirent sur nos enfants dehors, vont s’assoir avec nous pour organiser qu’on nous encadre et qu’on ferme chez nous ?… Moi je ne vois pas pourquoi nous allons nous auto-encadrer par la police, de l’autre côté, c’est-à-dire qu’on s’est mis d’accord avec le gouvernement, ça n’a pas de sens…”

” J’ai encore sur la tête, poursuit-il, les marques des événements du 28 septembre 2009, mais avant cela en 2001, en 2006, en 2007, en 2009 j’étais dans les manifestations en Guinée. Je l’ai été encore jusqu’en 2013, à plus de 60 ans, j’étais encore dans les manifestations. Donc à n’importe quel moment, si cela est nécessaire, et que je peux le faire, je vais le faire. Et il ne faut pas non plus croire que c’est cela la manifestation… quand vous allez à la bataille en général, ce ne sont pas les généraux qui prennent les fusils”.

Avant de s’interroger : “la question qu’on se pose, c’est pourquoi est-ce qu’on tue les gens quand ils manifestent en Guinée ?”

Plus loin, Sidya Touré a fait savoir qu'”il n’y a pas que les confinements. Nous avons des gens autour de nos maisons la nuit, qui rôdent et qui sont dans mes caméras… il y a des choses plus graves dont on viendra parler et tentent à attenter à nos vies… nous sommes informés des réunions qui se tiennent, nous sommes en Guinée (…) des informations circulent, Cellou et moi sommes bel et bien menacés sur ces questions-là. Je le dis et je le répète…”

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire