C’est à Denken, sous-préfecture située à une dizaine de kilomètres de la préfecture de Boké, que le ministre de l’Elevage, Patrick Roger Millimono, a procédé, ce vendredi, au lancement officiel de la campagne de vaccination contre la fièvre aphteuse, qui, depuis un certain temps, décime le cheptel de bovidés en Guinée.

Cette opération de lancement s’est déroulée dans une ferme de la localité où, en présence de la population, des responsables régionaux, des représentants de la Banque mondiale et de la FAO et des agents en charge de la santé animale. Le ministre a procédé aux premières injections sur quelques bœufs.

Amorcée ce 24 mai, la campagne va s’étendre sur 45 jours et couvrira les 33 préfectures du pays, dans lesquelles des vétérinaires se rendront auprès des éleveurs, afin de faire des injections gratuites.

Dans son discours de lancement de la campagne, le chef du département, Patrick Roger Millimono, a souhaité la bienvenue et remercié au nom du gouvernement, les partenaires techniques et financiers, pour l’appui apporté dans le cadre de cette campagne, tout en rappelant, par ailleurs, que « cette maladie qui a été constatée en mai 2018, s’est propagée dans 27 préfectures de la Guinée, avec des taux élevés de morbidité et de mortalité qui ont affecté près de 72 000 animaux exposés, 7.467 cas suspects et 871 animaux morts ».

Remerciant le président de la République pour l’effort consentis pour l’épanouissement du secteur de l’élevage, le ministre Millimono a lancé un appel : « Je demande aux éleveurs et à leurs organisations professionnelles de se mobiliser pour conférer un succès éclatant aux opérations de vaccination contre la fièvre qui, j’espère, sera un lointain souvenir ».

Par rapport au soutien que son institution a apportée pour l’éradication de cette épidémie, Ibrahim Magazi, le représentant de la Banque mondiale, a estimé qu’ « au regard de cette situation sanitaire préoccupante, la Banque mondiale, à travers ses projets actifs, a accepté de financer le plan d’urgence pour un montant d’un million soixante-dix-huit mille trois cent soixante-dix-sept dollars, dont 1.028.377$ sur le projet REDISS et 50 000$ sur le PASAG, pour aider le gouvernement dans ses efforts de riposte à la maladie ».

Signalant la préciosité de ces vaccins, il a demandé aux uns et aux autres d’en faire « un bon usage ».

Après s’être réjoui que la Guinée ait enfin entamé cette campagne, le représentant de la FAO, Dr Mohamed Hama Garba, a réitéré le soutien de son institution : « Je puis vous assurer de la disponibilité de la FAO à œuvrer auprès du gouvernement guinéen, pour favoriser l’atteinte des objectifs d’éradication de la fièvre aphteuse en Guinée ».

Au nom des populations, le maire de la commune rurale de Kolabounyi, Ansoumane Zito Coumbassa, a rappelé que « la population de Kolabounyi est à majorité agropastorale et l’élevage constitue la seconde activité après l’agriculture ».

Aussi, il espère « qu’avec cette campagne de vaccination qui est le moyen efficace de lutte contre cette maladie, des milliers de bovins pourront être sauvés et par conséquent, contribuera significativement au développement de Boké en général et de Kolabounyi en particulier ».

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

 

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici