Le 5ème forum de l’Association internationale de la sécurité sociale (AISS), qui a réuni, sous l’égide de la Caisse nationale de la sécurité sociale guinéenne, une soixantaine d’experts, durant deux jours, dans un complexe hôtelier de la place, sous le thème « Extension de la couverture sociale en Afrique, approches novatrices », a fermé portes et fenêtres, ce jeudi, avec une grande satisfaction des différents participants.

Ces deux  jours d’intenses travaux ont permis à ces experts, représentant les caisses nationales d’une quinzaine de pays, de faire une dizaine de recommandations pour une plus grande réussite de la couverture sociale de la population africaine, entre autres : la mise en place de politique de  sécurité sociale pour couvrir le secteur informel; la digitalisation numérique; la mise en place du régime de retraite complémentaire pour améliorer le niveau des prestations; l’utilisation de tous les moyens de communication modernes; impulser les décideurs à mettre au centre de leurs préoccupations le travail des décideurs publics, le développement de la protection sociale etc.

Le directeur général de la Caisse nationale guinéenne, Malick Sankhon, s’est réjoui en disant : « Nous repartons de ce séminaire très satisfaits de ce que chacun de nous a pu avoir comme expérience en matière d’échanges entre  les différentes caisses nationales de sécurité sociale. Je crois qu’à la sortie de cet atelier,  la Caisse nationale de sécurité sociale, sous la conduite de notre département de tutelle, nous allons envoyer des missions d’études pour faire profiter des Guinéens de ces nouvelles approches. Nous allons maintenant nous investir vers le secteur informel, qui regorge de plus de 60% de nos populations ».

« Alors ; il va y avoir  des concertations, l’identification de nos cibles et ensuite nous allons lancer une grande enquête nationale, pour demander à ces populations quel est leur choix en matière d’affiliation ? Qu’est-ce qu’ils attendent de la sécurité sociale. Une fois que cela sera fait, nous allons procéder à la flexibilité du financement en donnant à chacun d’apporter, selon ses propres revenus, ce qu’il peut au niveau de sa contribution volontaire. Je crois que nous aurons largement le temps d’en discuter. Ce n’est qu’un départ et moi je suis très soulagé de savoir que désormais, d’ici un an maximum, je vous donne rendez-vous, la Guinée fera partie des pays, en matière des d’affiliations volontaires, qui pourront se targuer de donner une assurance réellement à ses concitoyens », dit Malick Sankhon.

Au nom du gouvernement, le ministre de l’Emploi et du Travail, Albert Damantang Camara, a rassuré : « Ils se sont engagés à respecter à leur niveau, un objectif très simple : élargir au maximum le champ d’application de la sécurité sociale, à l’origine de leurs spécificités, comme le secteur informel qui n’était pas couvert. Si aujourd’hui, ce séminaire débouche sur des recommandations vraiment dans le sens d’élargir la couverture sociale, le gouvernement ne peut que s’en féliciter et engager les associations, tout comme le gouvernement s’engage à les accompagner à mettre en œuvre ces recommandations ».

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici