La 49ème session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a entériné, à Dakar, le choix de la Guinée pour abriter le Centre Africain de Développement Minier (CADM). Le moins qu’on puisse dire est que le lobbying d’Alpha Condé a payé au niveau de la sous-région. Désormais la Guinée soutenue par la CEDEAO y compris le Mali qui s’est désisté, fera face à La Guinée a la Zambie, au Soudan et au Kenya. Le challenge du président Condé est désormais au niveau continental.

Pour rappel, le CADM est un cadre de « collaboration et de coordination entre les gouvernements africains et le secteur privé pour la mise en œuvre de la vision minière africaine ».

En tant qu’institution spécialisée de l’Union Africaine, le CADM s’assure que les Etats membres tirent « le maximum de revenus et bénéficient de leurs ressources minières dans le respect de la transparence mutuelle et de la responsabilité tant de la part des entreprises minières que des gouvernements ».

Abriter le CADM aura plusieurs avantages pour la Guinée, au nombre desquels on peut citer « un rôle d’avant-garde dans la définition des politiques et stratégies de développement du riche patrimoine minier et géologique du continent africain, un développement de l’expertise nationale dans le domaine des mines et de la géologie, une porte d’entrée et un meilleur accès aux investisseurs dans le secteur minier ».

Le CADM a été créé en décembre 2013 pour coordonner la stratégie de mise en œuvre de la Vision minière africaine (VMA). Le Centre coordonnera les activités, notamment la prestation d’une assistance technique pour la mise en œuvre de la VMA, en identifiant les lacunes et les besoins, ainsi que l’expertise nécessaire pour satisfaire ces derniers, la prise en main et la coordination de la recherche de politiques, le plaidoyer et la diffusion d’informations, le suivi et l’évaluation des activités liées à la mise en œuvre de la VMA, et la fourniture d’une capacité de réflexion pour la VMA et les activités s’y référant.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com