L’inamovible président de l’OGDH (Organisation guinéenne des droits de l’homme) est malade depuis belle lurette. On le sait. Il se fait soigner en Allemagne. Ça aussi on le sait. Ce qu’on ne savait sans nul doute pas, c’est qu’il se fait soigner avec ‘‘le soutien financier de l’UFDG’’.

En tout cas c’est ce qu’annonce le parti de Cellou Dalein Diallo à qui, le 23 juillet dernier, une délégation composée de représentants de la famille de Dr Thierno Madjou Sow et de l’Organisation Guinéenne des Droits de l’Homme a rendu une fière chandelle pour ‘‘le soutien financier qui a permis l’évacuation sanitaire du Président de l’OGDH vers Berlin’’.

Selon l’UFDG, son président, Cellou Dalein Diallo, face à cette délégation, a déclaré : ‘‘Dr Thierno Madjou SOW est plus qu’un homme ; c’est une institution. On a estimé qu’on se devait de réagir face à sa maladie en tant que citoyens. Nous avons lancé un appel à nos fédérations de l’extérieur, à nos militants et sympathisants de l’intérieur. Les uns et les autres n’ont pas failli, encore une fois, à l’appel de la fraternité et de la solidarité. Tous ont réagi positivement et promptement. Donc, nous faisons notre devoir de citoyen aimant ce pays et les hommes qui travaillent pour ce pays. Avant votre départ, nous avions pu réunir 25 600 dollars. D’autres cotisations sont arrivées, par la suite, à hauteur de 4400 dollars que nous vous remettons aujourd’hui. Ce qui porte la contribution de l’UFDG à cette démarche humaniste à 30 000 dollars.’’

Avec cette aide, le highlander, des droits de l’homme en Guinée se sentirait mieux. ‘‘Avant de prendre congé, la délégation a décidé d’appeler Dr Thierno Madjou Sow, alité en Allemagne, pour échanger avec le Président de l’UFDG. Cellou Dalein Diallo a pu se rendre compte, de vive voix, de l’amélioration de l’état de santé du combattant des droits de l’homme. Toute chose qui décuple sa fierté et celle de ses militants et sympathisants’’, a précisé l’UFDG sur son site officiel.

Aider un citoyen à se soigner est certes une œuvre humanitaire. Mais que le président de l’Organisation des droits de l’homme se fasse soigner par un parti politique ne peut-il pas saborder la neutralité de ce dernier qui se verrait dorénavant imposer une sorte de devoir de reconnaissance envers le bienfaiteur ? Surtout que ce parti se base le plus souvent sur des rapports de cette organisation dite des droits de l’homme pour accabler le gouvernement guinéen. Il est d’ailleurs une tradition de l’OGDH d’utiliser à son tour les statistiques macabres de l’UFDG lors des manifestations politiques qui virent au vandalisme réprimé par les forces de l’ordre.

En un mot ou en mille, l’organisation des droits de l’homme pourrait-elle avec ce geste jouer son véritable rôle d’organisation de la société civile normalement à équidistance des partis politiques ?

Ibrahima S. Traoré

 

 

Publicités