« Production, diffusion et mise à la disposition d’autrui des données de nature à troubler l’ordre et la sécurité publics » ; ce sont les chefs d’accusation qui sont retenues contre les prévenus, Souleymane Condé (FNDC), Youssouf Dioubaté et feu Roger Bamba (UFDG). Ces faits sont prévus et punis par la loi sur la cyber sécurité et la protection de données à caractère personnel dans ces articles 30 et 31.

Ce mercredi 23 décembre, leur procès s’est ouvert au tribunal de première instance de Dixinn. Pour cette première audience, les deux premiers accusés, qui sont sous mandat de dépôt depuis plusieurs mois, étaient présents dans la salle d’audience. Quant à Roger Bamba, il est mort la semaine dernière, à l’hôpital Ignace Deen, après son évacuation de la maison centrale de Coronthie.  

A la barre, Souleymane Condé et Youssouf Dioubaté se sont identifiés. La juge qui présidait l’audience leur a posé des questions ; puis le dossier a été renvoyé au 30 décembre, pour les réquisitions et plaidoiries.

A la sortie de la salle d’audience pour ce procès qui n’a duré qu’une demi-heure, Me Thierno Souleymane Diallo a déclaré : « Vous avez vu la rapidité, la célérité et la simplicité de l’audience. Aucune charge ne pèse contre ces deux personnes ».    

« Nous, nous étions prêts à plaider cette affaire ; c’est d’une grande simplicité », a-t-il dit en insistant, tout en précisant que malgré le fait que leurs clients sont en prison, ils gardent espoir de gagner haut la main ce procès. 

Bhoye Barry pour guinee7.com

0024 628 705 199