Le ministre Moustapha Naité, chef du département en charge des travaux publics, était face à la presse, ce lundi 18 mars, dans un complexe hôtelier de Conakry. L’objectif de cette conférence était de faire le point sur les actions du département dont il a la charge.

Il a, de prime abord, rappelé qu’à l’arrivée de la troisième république, « 81% du réseau routier était en état de dégradation », ce qu’il a ensuite détaillé, à travers les chiffres comme suit : « Sur 2 377 Km de routes nationales, plus de 81 % étaient en mauvais état, 146 Km de voiries urbaines bitumées ; 5 045 mètres linéaires d’ouvrages de franchissement ; avec une densité routière de 3,1 Km/100 Km² contre une moyenne de 5 Km/100 Km² dans la sous-région ».

Se disant très conscient que « le trafic routier représente 90%  à l’intérieur du pays », donc « un levier essentiel du développement économique de la Guinée », son département s’est fixé comme priorités et s’est attelé à la tâche d’« améliorer rapidement l’état du réseau ; rendre la circulation fluide et sécuritaire ; se doter d’un réseau routier fiable, en vue d’amorcer le développement socio-économique ».

Plaçant ce volet sous l’impulsion du Président de la république et du Premier ministre, il a estimé à plus de « 2 200 milliards de dollars d’investissements » ; ce qui a permis de faire de 2010-2018 des travaux qu’il a fait connaitre ainsi :  « Routes nationales bitumées 1 136,67 Km ; routes réhabilitées 2 366, 18 Km ; voiries urbaines bitumées 540, 45 Km ; routes préfectorales et communautaires 5 215, 46 Km ; ponts sur les routes PC 2 690, 3 ml ; ouvrages de franchissement 3 215 ml ; dalots 158 unités ; bacs et ponts de secours 23 et 5 unités »,  pour un résultat global de « 20,26 %  de routes nationales en mauvais état ; 540,45 Km de voirie urbaines bitumées ; 5 682 mètres linéaires d’ouvrages de franchissement et 1 760 575 m² d’entretien courant et périodique », mais aussi « plus de 320 000 emplois temporaires directs » créés.

Après avoir désigné entre autres comme des préalables impératifs de mobilisation de ressources « la stabilité sociopolitique ; la croissance économique, la stabilité macroéconomique ; la stabilité judiciaire, législative sécuritaire des investissements », le ministre a cité plusieurs projets proches, dont les financements ou accords de financements ont été bouclés ou déjà obtenus ; parmi ces derniers, il a cité la constructions des échangeurs de « Kagbelen, Hamdalaye, Bambéto », avant  de finalement,  planter le décor des grandes visions qui sont entre autres : « Relier la Guinée totalement aux pays voisins ; renforcer le réseau routier des régions ; inscrire la capitale dans une nouvelle dimension en accompagnant le développement du Grand Conakry » ; chose qui, selon lui, va contribuer au développement du pays.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici