C’est dans les locaux de la direction de la police judiciaire sise à Kaloum (centre-ville de Conakry), que son directeur, le commissaire Aboubacar Fabou Camara, a présenté à la presse des armes saisies à Conakry avec des civiles et des militaires.

Ce sont trois opérations, datant des 6, 13 et 19 mars, qui ont permis de mettre main sur ces armes. D’après le commissaire Aboubacar Fabou Camara, cet arsenal servait au ‘‘trafic d’armes’’.

‘‘Au cours de nos missions régulières, nous avons été avisés de la saisie d’une importante quantité d’armes de guerre par les services de la gendarmerie nationale, chargés de mener les investigations. Les personnes ci-après ont été mises à notre disposition. Il s’agit de l’adjudant Mamadou Saidou Diallo dit Dôss, en service au bataillon autonome des troupes aéroportée (BATA) et de monsieur Samba N’Dawe, un sujet malien qui vit en Guinée, notamment à Mafanco’’, a-t-il signalé.

Toujours selon lui, ces armes et munitions retrouvées chez ces deux individus sont variés, ce sont des : PMAK, PKM, des carabines, des roquettes RPG, des caissettes de cartouches de 12,7 millimètres…

‘‘Toutes ces pièces d’armes que nous avons exposées ici, ont été saisies sur les deux personnes. Cela veut dire quoi ? si les armes qui sont aujourd’hui utilisées dans le cadre de la défense et la sécurisation des personnes et de leurs biens, se retrouvent dans la main des personnes civiles et stockées soit à domicile ou transportées librement dans leurs véhicules ; nous devons nous poser la questions de savoir à quoi ces armes-là, allaient servir ? Nous avons réussi à mener des investigations et ces personnes ont effectivement reconnu qu’ils utilisaient ces armes-là dans le cadre du trafic d’armes. Si au début ces armes étaient destinées à certains pays limitrophes, il a été révélé par ces mêmes personnes qu’il y a plus de 4 ans la plupart de ces armes-là, ils n’ont pas eu l’occasion de les envoyer à l’étranger. Cela sous-entend, que n’étant pas à l’étranger, stockées dans les maisons ici, ces armes-là, trouvaient porteurs sur place ici. De toutes les façons, nous avons continué nos investigations, des personnes ont été donc, notamment certains militaires qui leur livraient ces armes et d’autres qui sont en fuite. Ces personnes qui ont été citées comme ceux qui leur ont livrées ces armes, on fait objet d’interpellation et ont reconnu effectivement avoir émis ces armes-là à ces personnes civiles et d’autres qui sont militaires’’, a informé le commissaire Camara.

Comme conclusion le directeur a appelé la population à la ‘‘vigilance’’ et à apporter toutes les informations nécessaires pour la lutte contre la grande criminalité.

Le militaire n’a pas droit, j’ai failli à mon devoir, je demande le pardon à toute la population guinéenne

Face à la presse, le présumé trafiquant d’armes, l’adjudant Diallo Mamadou Saidou a reconnu avoir été interpellé pour le cas de ‘‘trafic d’armes’’ : ‘‘Ils m’ont saisi 20 caissettes de 7 62 fois 39, c’est les munitions de PMAK et 20 canons de PKM, avec 5 PMAK…Moi j’avais juste un contact qui s’appelait Samba Dawe qui achetait avec nous, et envoyait à Bamako. Il me payait une PMAK à 2 millions 500. C’est la première fois de faire avec Samba DAWE. J’ai connu Samba DAWE à travers le feu vieux Doumbouya, qui venait dans le camp, nous achetait à manger et nous approchait.’’

‘‘Le militaire n’a pas droit, j’ai failli à mon devoir, je demande le pardon à toute la population guinéenne. C’est une honte’’, a-t-il reconnu.

Interrogé en Bambara, Samba Dawe a également reconnu les faits de ‘‘trafic’’ avant d’expliquer les circonstances de son interpellation : ‘‘On m’a pris avec des armes. C’est Doss qui m’a appelé qu’il a des armes, de se rencontrer vers la soirée au carrefour de Mafanco. Arrivé là-bas, je l’ai appelé, il m’a dit qu’il venait moi je ne savais pas qu’il était déjà interpellé. Il est venu et il est venu avec des gens, c’était des militaires, mais ils étaient en civil, c’est là-bas ils m’ont pris. C’est de l’argent que j’avais avec moi là-bas, 22 millions 500 et ma moto.’’

Avant de lancer plus loin : ‘‘Je veux qu’on me pardonne.’’

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com

Publicités

1 COMMENTAIRE

  1. Ce commissaire Fabou Camara est un véritable flic.
    C’est dommage qu’il a fallu attendre presque 10 ans pour avoir arriver un tel talent à une position aussi stratégique et incontournable pour la stabilité du pays.
    Bref, j’en suis convaincu s’il avait été là depuis 2011, ces assassinats mystérieux sur l’axe auraient été résolus.
    Un vrai patriote qui n’a cure des intimidations insensée venant d’ethnicistes comme cette cette pauvre dame de yéro (soi-disant journaliste)dont la partisanerie frôle désormais l’hérésie.

Comments are closed.