D’un ton grave, l’ambassadeur Bertrand Cochery interrompt la musique en annonçant un attentat à Nice, en France, et le premier bilan d’une vingtaine de morts. Une minute de silence est observée. Présent sur les lieux, le ministre de la Citoyenneté,  Diaby Khalifa Gassama, condamne l’acte et présente les condoléances du peuple de Guinée, du président Condé et du gouvernement à la France. La belle fête organisée à la résidence de l’Ambassadeur de France pour commémorer le 14 juillet ; et qui par ailleurs servait de pot de départ pour l’ambassadeur Cochery a été ainsi gâchée.

Pour rappel, le jour même de la Fête nationale de la France, à Nice, un homme au volant d’un camion a commis un carnage, quelques instants après la fin du feu d’artifices du 14 juillet, tuant 84 personnes en leur fonçant dessus sur la Promenade des Anglais. 18 blessés sont toujours en “urgence absolue”, selon le dernier bilan du ministère de l’Intérieur français.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com