La Direction communale de la troupe artistique de Matam qui a représenté le Gouvernorat de la zone spéciale de Conakry au 15ème Festival National des Arts et de la Culture (FENAC) de la République de Guinée, n’est pas contente de l’enveloppe de cinq millions de francs guinéens (5.000.000GNF) perçue au titre du grand prix, qu’elle juge insignifiante par rapport à ses efforts, rapporte le correspondant de l’AGP au Gouvernorat de Conakry.

«Nous sommes au regret d’entendre qu’on a seulement cinq millions connaissant, outre l’apport des personnes de bonne volonté, le montant que le chef de l’Etat a donné  pour la réussite de ce festival», a déclaré à l’AGP le directeur de la Troupe artistique communale de Matam, Soumah Dantouma Diack.

Il était à la tête d’une forte délégation venue, mercredi 21 septembre 2016, prendre langue avec les autorités de la Ville de Conakry, auxquelles elle a remis le modique montant pour faire retourner aux organisateurs du FENAC. «Nous préférons nous laver les mains et nous retirer de toutes compétitions en Guinée», a ajouté le chef de la délégation.

Reçue par le chef de Cabinet du Gouvernorat de la Ville de Conakry, Toupou Koidouze, la délégation de la commune de Matam dit avoir confiance au Gouvernorat qui doit relever le défi et rétablir la vérité.

«Nous ne voulons pas commencer par la marche pacifique contre l’injustice», a dit le porte-parole.

Le chef de Cabinet a bien voulu calmer le jeu en demandant aux visiteurs, de la patience et leur a promis gain de cause. 

Avec l’AGP

 

Publicités