Au cours d’un entretien téléphonique, ce matin, avec la rédaction de Guinee7.com, Souleymane Sy Savané qui se dit secrétaire général légitime du SLECG, a réagi par rapport à la rencontre entre le président de la République et le camp d’Aboubacar Soumah, qui a abouti à la mise en place d’une commission de négociation autour des points de revendication de ces derniers.

« Il est difficile de me définir, parce que je n’étais pas présent et je ne sais pas ce qui s’est réellement dit ; pour juger un tel évènement, il faut être présent. Je n’aime pas me contenter des on-dit », a confié Sy Savané à notre reporter.

Et de poursuivre : « Une rencontre de cette nature est normale, lorsque le chef de l’État a besoin de ces citoyens. Mais ce n’est pas une rencontre syndicale, parce que ce n’est pas de son (Alpha Condé, ndlr) ressort de se mêler des activités syndicales ; mais lorsqu’il est question du chef de l’État et de ses citoyens, c’est tout à fait normal. De tels événements, quand ça se fait, il faut que les autorités centrales s’impliquent, si maintenant les autorités centrales sont inanimées de partir, qu’est-ce que j’ai à dire ? Rien. Maintenant, si c’est un forcing, là, nous on ne peut pas l’accepter ».

Si toutefois le gouvernement parvient à s’entendre avec ces syndicalistes qualifiés de dissidents, Souleymane Sy Savané estime que, « là, ça serait un non-point de vue initial collectif. Si ce collectif décide d’accepter, tant mieux, mais si ce n’est pas le cas, vous verrez notre réaction ».

A rappeler que la commission de négociation mise en place par le président de la République débutera les échanges avec le SLECG version Soumah, dès ce mercredi 28 février 2018.

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com

Publicités