Clôture tombante, portes et fenêtres manquantes, murs rafistolés à l’intérieur des salles de classe, absence de locaux pour abriter le directeur et son adjoint, excusez du peu, telle est l’image que donne l’école primaire du quartier Lido 2 dans la commune de Matam que nous avons visitée, vendredi dernier. M. Cheik Kabinet Gassama, directeur de l’établissement, rassure tout de même quant à la continuation des cours: ‘‘nous faisons notre travail avec les moyens de bord.’’ Cette ancienne ‘‘Permanence’’ (maison de la culture, pendant le régime de Sékou Touré, NDLR) accueille 428 élèves dont 213 filles.  ‘‘L’école peut accueillir plus que cet effectif si toutes les conditions sont réunies’’, précise le directeur.

‘‘Vous avez sans doute remarqué les toilettes désaffectées derrière le bâtiment. Ces toilettes datent de l’époque des Permanences et ne sont plus opérationnelles. Elles constituent un véritable problème. Puisque, quand nous ne sommes pas là, les gens du quartier viennent déverser les ordures et autres déchets. Et  nous avons tout fait pour interdire cela en vain’’, se désole M. Gassama.

Des latrines de l'école primaire Lido
Des latrines de l’école primaire Lido

De nombreuses écoles guinéennes sont dans de piteux états. A Kindia, il y a quelques jours, le ministre de l’Enseignement pré universitaire, interpellé sur la question a indiqué, selon l’AGP, que ‘‘chaque année nous sommes en train de réhabiliter et de faire des constructions. Nous n’allons pas tout de même réhabiliter toutes les écoles de la Guinée, c’est en fonction des ressources et des besoins que nous allons travailler pour que certaines écoles soient réhabilitées’’.

Abdoul Lory Sylla pour guinee7.com

1 COMMENTAIRE

  1. mais pourquoi les regimes precedents ont refusé de devellopper la guinee, en construisant des routes , des hopitaux , des ecoles, des infracstructures dignes. donc ils sont restez les bras croisés pour attendre l arrivé du president alpha pour reclamer le develloppement immediat.

Comments are closed.