C’est au siège du Cercle de Réflexion et d’Action pour la Nation (CRAN) sis à la Minière que s’est tenue la cérémonie de lancement de la dictée PGL, le 29 novembre dernier. Etaient présents à cette rencontre entre autres, le Ministre de l’Enseignement Pré-universitaire et de l’Education Civique, Dr Ibrahima Kourouma ; M. Oury Yali Bah, Président du CRAN, M. François Gerin La Joie, Président de la Fondation PGL, basée au Canada.

M. Oury Yali, Président du CRAN a d’abord indiqué que le Cercle de Réflexion et d’Action pour la Nation (CRAN) est une association citoyenne de jeunes cadres et entrepreneurs soucieux du développement du pays. Et d’ajouter : ‘‘L’objectif est d’influer positivement sur l’avenir à travers des actions concrètes dans les domaines sociaux, économiques, porteur de croissance et d’espérance pour les populations.’’

Selon lui, le CRAN a noué un partenariat avec la Fondation Paul Gérin La Joie. Parlant du concours, il précise : ‘‘La dictée PGL qui entame sa 23ème année d’existence sous le thème : ‘l’eau une ressource à protéger, une ressource à partager’ vise à créer chez l’élève de l’élémentaire, l’émulation nécessaire à l’éveil de leur esprit de créativité, au renforcement de leur niveau de maitrise des règles grammaticales et d’orthographe, mais surtout à forger en eux une profonde habileté à être des acteurs du changement en faveur d’un élitisme qui garantirait l’émergence des pays participant au concours dont la Guinée.’’ Il rappelle que : ‘‘Chaque année, une centaine de jeunes issus de plusieurs pays  participent à la grande finale internationale qui se tient au Canada.’’

M. François Gerin La Joie a indiqué que c’est avec beaucoup d’enthousiasme et de fierté  qu’il salue l’initiative des membres du CRAN et de son président. Avant de révélé : ‘‘Mon père Paul Gerin la Joie avait un rêve. C’était celui de l’Education pour Tous. Il a mené une réforme au Quebec en 1960 à savoir la révolution tranquille qui a permis à son peuple en moins de 20ans de faire passer les Québeckois dans la modernité. Aujourd’hui à 94ans, il a le même rêve.  Cette fois ci, il le mène avec moi en Afrique francophone.’’

Le Ministre de l’Enseignement Pré-universitaire et de l’Education civique a profité de cette occasion pour remercier tous ceux qui s’investissent dans la réussite de l’école guinéenne. M. Ibrahima Kourouma dit qu’il est heureux de constater qu’aujourd’hui plus qu’hier, l’école est devenue  le souci de tout le monde : ‘‘Cela est normal pour la simple raison que l’école constitue réellement le creuset et l’avenir de ce pays. Ça fait 4 ans que ce concours est organisé, je voudrais vous rassurer que le ministère de l’Enseignement pré universitaire est prêt à s’impliquer  pour que le concours se passe dans de très bonnes conditions. Quelle que soit la volonté du gouvernement ou du chef de l’Etat, seul, nous ne pouvons pas régler le problème de la Guinée, surtout quand il est question d’école. L’école est apolitique, impersonnelle. Chacun de nous doit s’y investir pour que nous ayons un pays prospère.’’

Il faut souligner que cette 4ème édition de la dictée PGL est un  processus qui connaitra son épilogue au mois d’avril 2014 et permettra de désigner un élève du CM2 guinéen qui ira participer au canada à la grande dictée internationale PGL.

La Guinée participe pour la quatrième fois à ce grand concours international. C’est déjà près de 100 mille jeunes guinéens qui auront participé à la dictée PGL après cette année. En Afrique, c’est plus de 2 millions de participants depuis 1991 et dans la francophonie, la dictée PGL a touché plus de six millions de jeunes.

El Hadj Mohamed Diallo