Le mouvement national des jeunes affranchis-P(MONAJAP) a organisé une rencontre avec le président de l’INIDH, parrain du dit mouvement le samedi 29 avril dernier à l’hôtel Blue beach situé dans la commune de Ratoma. L’objectif de cette rencontre était de discuter avec Mamady Kaba sur les stratégies à mettre en place pour le bon fonctionnement du MONAJAP.

Le MONAJAP est un mouvement qui regroupe en son sein des diplômés de l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia. S’inspirant des nombreuses difficultés que rencontrent les jeunes, ce mouvement a été mis en place pour défendre les jeunes sur tous les fronts, selon son secrétaire général. « Ce n’est pas seulement la jeunesse qui aspire au changement, mais ce sont les jeunes qui sont plus engagés. On nous tue, on nous blesse partout lorsqu’il y a une situation d’élection en Guinée. Et lorsqu’un mouvement ou association de jeunesse commence à évoluer, il va y avoir des personnes qui vont essayer de les copter. Nous, notre objectif est clair, c’est de défendre les jeunes en les sensibilisant, en les mobilisant, en leur faisant comprendre, la meilleure façon qu’un pays se développe ou bien qu’une nation soit émergeante, il faudra que les jeunes  comprennent, soient unis, il faudra que les jeunes décident à leur place au lieu que certains viennent décider à leur place», souligne Abdourahmane Diallo.

Le parrain du mouvement a quant à lui salué l’initiative du MONAJAP. Mamady Kaba voit en ces jeunes un avenir radieux pour la Guinée. «Aujourd’hui nous nous sommes rencontrés pour échanger sur leur vision et les stratégies qu’ils veulent mettre en place pour que la jeunesse guinéenne soit rétablie pleinement dans ses droits et qu’elle soit respectée et respectable. Moi j’ai trouvé l’idée très intéressante, la vision très élevée, et cela me donne beaucoup d’espoir par rapport à l’avenir de la Guinée. Parce que si hier tout le monde pouvait pêcher dans la jeunesse pour atteindre ses objectifs et qu’aujourd’hui la jeunesse elle-même décide de prendre son destin en main, je pense que ça c’est très important et ça veut dire que la jeunesse se prépare à prendre le destin du pays en main. Donc, probablement les changements auxquels nous nous attendons, pourront enfin venir», a déclaré Mamady Kaba. Plus loin, le président de l’INIDH estime que ce mouvement mérite le soutien de tout un chacun.  « Nous allons les accompagner, les appuyer par toutes les manières et j’ai confiance en eux. Ce sont de très bons cadres qui ont une très bonne formation. Je connais le niveau académique qu’ils ont. Un petit coup de pouce pourra les aider à atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés, des objectifs dignes d’une jeunesse du 21ème siècle. Je pense que c’est un devoir pour tout le monde de les accompagner et de les soutenir», a promis le président de l’INIDH.

Il faut signaler qu’en dépit du manque de financement conséquent auquel elle fait face, l’INIDH est la seule institution présente aujourd’hui sur le terrain pour défendre le droit.

Avec l’Indépendant 

Publicités

Laisser un commentaire