Le directeur communal de l’Education de Ratoma, Ibrahima Fofana

La Direction Communale de l’Education (DCE) de Ratoma a décidé, il y a plus d’une semaine, de donner les cours toute la semaine (lundi, dimanche) dans les établissements scolaires relevant de son ressort, du 10 mai au 14 juillet 2015, contrairement au programme officiel (lundi au samedi).

Une décision qui concerne toutes les catégories d’écoles (publique et privée) implantées dans cette commune de Conakry.

Face à cette situation, le correspondant communal de l’AGP a rencontré, jeudi, 21 mai 2015, le directeur communal de l’Education de Ratoma, Ibrahima Fofana pour un entretien afin d’apporter les raisons qui ont motivé cette prise de décision.

Prenant la parole, le directeur communal de l’Education de Ratoma a rappelé que toutes les écoles ont reçu un programme qui s’étale du mois de janvier  au mois d’août.

«Au mois d’avril, nous avons enregistrés des perturbations dans les cours, provoquées par des manifestations politiques organisées par l’Opposition républicaine. Pendant ce temps, nous avons perdu environs huit jours, parce que la grande partie de nos écoles se trouvent dans les quartiers traversés par la Route ‘’Le Prince’’. Ainsi, toutes ces écoles ont connu des perturbations de programmes à cause des violences perpétrées sur cette voie par les manifestants. De l’Ecole primaire de Hamdallaye, jusqu’à la Cimenterie, en passant par Bambéto, Cosa, Enco5, Wanidara et Sonfonia, les enfants (élèves) et les professeurs ne venaient pas par peur de la mort ou d’être agressés par des loubards ou autres manifestants», a expliqué M. Fofana.

Sur la même lancé, il a précisé, que durant cette période de manifestations politiques, ils ont perdu 36 heures de cours.

«Avec ses 36 heures de perdues, il fallait trouver les voies et moyens pour rattraper ses heures. La DCE a pris contact avec les acteurs (les parents d’élèves, la Mairie et les Délégations Scolaires de l’Enseignement Elémentaire (DSEE). Pendant cette rencontre, un projet de travail leur a été soumis. Dans ce projet il y avait l’inclusion des dimanches, de 08 heures à 12 heures TU dans les emplois du temps dans le but de permettre aux maîtres et élèves de se mettre à jour».

C’est à Ratoma qu’on a constaté des perturbations d’une manière générale, avec  un impact négatif sur le bon déroulement des cours, a ajouté le directeur communal de l’Education.

Selon Ibrahima Fofana, 173 écoles ont été identifiées et qui appliquent cette décision des autorités communales de l’Education de Ratoma.

«Nous nous sommes retrouvées avec les directeurs et certains parents d’élèves, pour faire un droit patriotique avec l’ensemble des élèves et des professeurs, en vue de rattraper les 36 heures les dimanches. Et ce programme s’étant du dimanche, 10 mai au mardi, 14 Juillet 2015», a souligné M. Fofana.

AGP