Mamadou Taran Diallo, président de l’ONG ‘’Publiez Ce Que Vous payez’’ (PCQVP-Guinée) est parmi les neuf leaders de la société civile africaine invités au forum USA/Afrique. Il a ainsi participé à une journée porte ouverte sur la société civile.

Même s’il ne s’attend pas au miracle parce que ‘‘autour de la table ronde, on s’est rendu compte que l’intérêt des USA se focalise sur le Nigeria, le Ghana, l’Ethiopie, les pays d’influence américaine’’.

Il y a cependant eu des thématiques portant sur la bonne gouvernance en Afrique. Où des personnalités comme Mo Ibrahim a rappelé que l’Afrique souffre de la qualité de la gouvernance.

Au cours des travaux de groupes, M. Diallo a posé cette question que de nombreux pays se posent : ‘‘est-ce que l’Afrique francophone constitue un centre d’intérêt pour l’Administration et la société civile américaines ?’’

Les premières réponses ont été qu’il y a un problème de langue. Mais les membres de la société civile africaine présents à Washington ont fait remarquer qu’avec une volonté politique, la langue ne devrait pas être un handicap. L’administration Obama en est certainement convaincue. C’est pourquoi, pourrait-on dire, elle a organisé ce forum.

Ibrahima S. Traoré, envoyé spécial à Washington