Mohamed Said Fofana

Le gouvernement guinéen dirigé par le Premier ministre, Mohamed Saïd Fofana s’apprête à donner sa démission, comme le veut la tradition, dans le système des États à régime démocratique, a indiqué dimanche son porte-parole Albert Damantang Camara, ministre de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle, dans une déclaration faite sur les antennes de la radio nationale.

Cette démission se fera selon un “calendrier” qui sera fixé au haut niveau, et qui sera à la discrétion de la présidence de la République et la Primature, a souligné le ministre.

Cette démission s’inscrira dans “l’apprentissage du jeu démocratique normal” dans lequel la Guinée a inscrit dorénavant son évolution.

Pour Albert Damantang Camara, c’est “presque mécanique” qu’au sortir d’un scrutin comme celui du 28 septembre ayant conduit à l’élection de la nouvelle assemblée nationale, que l’équipe gouvernementale en place, dépose sa démission, pour laisser place à une nouvelle équipe “capable de relever les nouveaux défis” que se fixe le pouvoir en place.

Cette intervention du porte-parole du gouvernement guinéen vient éclairer la lanterne de l’opinion sur le bruit qui courrait dans la capitale depuis jeudi dernier, sur l’éventualité d’une démission du gouvernement avant le 13 janvier, date retenue pour l’ouverture de la nouvelle législature.

La Guinée se dirige donc vers une restructuration gouvernementale, et le président Condé a déclaré la semaine dernière au cours d’un meeting animé dans un quartier de la ville, son intention de former un gouvernement de mission, avec des ministres ayant une feuille de route, dès leur nomination, ce qui les contraindra à une obligation de résultats, a-t-il laissé entendre.

Xinhua

Publicités