A l’occasion de la célébration de la journée mondiale contre les hépatites, Dr Abdourahamane Diouria Diallo, président de SOS hépatite Guinée a révélé, ce jeudi 28 juillet, que le nombre de Guinéens ayant contracté le virus d’Hépatite B est très critique. Selon lui, des pays dont les habitants sont fortement touchés par cette maladie qui touche le foie, la Guinée vient après l’Egypte.

Selon les statistiques, sur au moins 780 mille patients, 4 mille en meurent par jour dans le monde. Méconnue par le public, l’hépatite B se transmet aisément d’un patient à une personne non infectée par plusieurs moyens. Malgré l’existence d’un vaccin dont la durée est de 20 ans, cette maladie continue à faire beaucoup de victimes.

En énumérant quelques moyens de prévention, Dr Abdourahamane Diouria Diallo a conseillé: d’ «évitez d’échanger des effets personnels, les conjoints doivent rester fidèles dans leur relation, les célibataires doivent s’abstenir jusqu’au jour de leur mariage ainsi que l’impartialité des maris dans la polygamie. Surtout se laver les mains après et avant les repas.»

hépatite b

Parlant du cas Guinéen, Dr Diallo s’inquiète : «parce que, depuis 2001, les données nous ont montré que la moyenne chez les donneurs familiaux bénévoles était à 14,65 pourcent et l’enquête que nous avons menée auprès du premier laboratoire privé, de 2010 à 2014, nous a prouvé aussi 19 pourcent sur 2000 personnes qui étaient atteintes d’hépatite B. Puis notre association a découvert 53,23 pourcent autres sur 881 échantillons qui sont atteints de l’Hépatite B et C.»

A l’en croire: «Ceux qui donnent autant de virus de l’hépatite B et qui en reçoivent plus sont les personnels de santé. Donc ils représentent le premier groupe à risque de cette maladie contagieuse.»

Cependant une bonne nouvelle. «Nous avons maintenant une dynamique au niveau du ministère de la Santé qui assure la prise en charge des hépatites et nous avons un labo marocain et quelques personnes guinéennes qui ont accepté de nous assister en nous envoyant certains médicaments susceptibles de guérir les patients», s’est réjoui le docteur Diallo.

Il faut rappeler que le virus d’hépatite B est une maladie très dangereuse mais curable.

Ismaël Sylla pour Guinee7.com

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.