La balkanisation de l’Afrique par l’Europe colonisatrice a  eu  lieu à  la conférence de Berlin  en 1885. Il  a fallu attendre  75 ans  pour voir sonner  l’heure  des  indépendances  en Afrique. N’était-ce pas alors le moment  propice  pour  les  leaders  africains  de mettre fin  à la  balkanisation  en  créant un immense  Etat  fédéral  à  l’image  des  Etats- Unis  d’Amérique ?

Mais  non,  les  esprits  n’étaient  pas  mûrs  pour  le faire,  la guerre  des égos  ou la soif d’être le premier magistrat  chez- soi  ont  triomphé,  et c’est  l’intangibilité  des  frontières  héritées  de  la colonisation  qui  a eu  force  de loi,  une manière  de perpétuer  et  cimenter  la balkanisation cette fois  par les Africains  eux –mêmes.

Dans un tel  contexte,  chaque  chef  d’Etat  devait  régler  au coup  par coup  ses  éventuels  conflits frontaliers  avec  les pays  voisins.  Aussi  feu  Léopold  Sédar  Senghor,  premier  président  du Sénégal  indépendant,  se posait  des  questions  sur  l’épineuse  situation  géographique de la Gambie  presqu’entièrement  engloutie  dans  le Sénégal.  Il dépeindra  cette situation  à la tribune des Nations Unies  en  parlant de  « la Gambie, ce pistolet  braqué  sur  le ventre  du  Sénégal. » Nous   comprenons  que  la formule n’était  pas  que  poétique,  elle  était  révélatrice  d’un  conflit  potentiel  à  terme.

Et  voilà  que  la prédiction  s’avérera   exacte. En 1994, un jeune  officier  gambien  détrône  Daouda  Kairaba  Diawara,  le président  civil ;  on  le découvre  sous  le nom  de Yahya Jammey.  Il se posera  en deux  décennies  en  un  despote  redoutable  pour  le peuple  gambien  et  pour  le pouvoir sénégalais.  Son  soutien  actif  à  la rébellion  casamançaise  n’était  qu’un   élément  de plus  dans  les rapports  conflictuels  entre  les deux   Etats.

Aujourd’hui   nous   sommes  à  la phase  où  le « pistolet  braqué »  est  en train  de  se désamorcer.  Le  dictateur a  perdu   la  dernière   élection   présidentielle   organisée    par   lui-même,  il  a  d’abord  reconnu  sa  défaite  avant  de  se  raviser  pour  se  cramponner  au pouvoir.  Il a donc fallu une pression  agissante,  à  la fois  diplomatique  et  militaire,  pour  lui  faire   lâcher  prise, le voilà  atterrir   en  exil    auprès  d’un  autre  dictateur,  Téodoro  Obiang  Nguema de la Guinée équatoriale.

Maintenant  que reste –  t-il  à  faire  à  Adama  Barrow  le  nouveau  président  gambien  et  Macky  Sall  le président  sénégalais ?  Les  deux  chefs  devraient  faire   preuve  de  beaucoup  de sagesse  et de  sagacité   pour   renouer   les fils  de  la  fraternité   et  de   l’entente   longtemps   distendus.  Ils    pourraient  aller  plus  loin,  créer  un  Etat  fédéral,  le  rêve  de Senghor  qui  le premier  avait  lancé  l’idée  de  la Sénégambie.  Quant  à Yahya   Jammey   en  exil ,  faut  pas  qu’il  croit  qu’il   s’en  est  tiré  à  bon compte, tôt   ou  tard  il  répondra   de   ses   forfaitures   à  la Cour  pénale   internationale.

le démocrate

Walaoulou BILIVOGUI