Les installations de la RTG-Boulbinet réalisées par la coopération allemande dans les années ‘‘60’’ sont en passe d’être cédées à la société chinoise Star Time, a-t-on appris d’une source proche du dossier. Selon notre source, ceci constitue un ‘‘bradage systématique orchestré par un groupe restreint de cadres connus pour des ambitions démesurées au sein du département en charge de la Communication’’. L’accord se ferait ‘‘dans une opacité légendaire, au nom du programme national de migration de l’analogique vers le numérique’’.

Selon nos informations, les chinois qui prospectent les lieux depuis plusieurs jours interdisent la couverture de leurs activités en cours. ‘‘Ils jonglent entre leurs complices du ministère et la direction de Boulbinet. Un dossier aux contours très flous et qui, s’il était mis en œuvre, constituerait une des grosses bêtises du régime Alpha Condé’’, prévient un agent de la RTG qui a requis l’anonymat.

A la RTG-Boulbinet, on cite un conseiller du ministre Togba Cesaire qui, selon nos enquêtes sur place, profite du vide actuel dans les structures du ministère et du cafouillage lié aux législatives pour exhumer un dossier ‘‘fabriqué’’ par l’ancien ministre de la Communication,  Dirius Doré.

Ce dossier qui parle de transfert de technologie à la RTG-Boulbinet est décrié par de nombreux techniciens de la boite qui craignent de voir la première chaine de radio et de télé guinéennes se transformer en ‘‘chinoiserie’’.

Déjà, semble-t-il, l’exécution du projet avec Star Time fera perdre à la radio le studio C et les studios confortables des 1ers et 2ème étages du bloc technique subiront une forte modification sans tenir compte des recommandations des techniciens guinéens censés pourtant les exploiter. Ces derniers craignent de voir la RTG-Boulbinet transformée en RTG Koloma. C’est-à-dire avoir des appareils jamais opérationnels. Autant dire des appareils-musées dans leurs installations.

Kalil Camara

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici