Un amoureux c’est qui ? La question semble banale. Mais la réponse, non. Le petit Larousse lui, dit qu’un amoureux est celui qui « éprouve un sentiment d’amour » ou encore celui qui « éprouve un intérêt passionné… »

Ces définitions sont aussi vagues que celles données par de nombreuses femmes que nous avons interrogées à l’occasion de la Saint Valentin entrée dans nos mœurs depuis la fin des années ‘‘90’’ lors du passage des refugiés Léonais en Guinée.

Pour ces femmes donc, être amoureux c’est d’être un homme d’honneur ou aux bonnes manières. Autant dire, être galant. Elles étendent aussi l’amour que les hommes doivent avoir pour elle à l’entretien de la famille : pouvoir changer les couches du bébé ; préparer les enfants pour l’école ; laver les dessous de madame, et tutti et quanti. Sur ces points, la majorité des femmes interrogées donne des points négatifs aux hommes guinéens.

Mademoiselle Aicha Sanoh, étudiante en administration des Affaires est très sévère : « Les hommes guinéens ne sont pas amoureux, ils sont complexés vis-à-vis de leurs amours. Et surtout dictateurs. La femme n’a pas son mot à dire dans les relations.»

Comme elle, N’Deye, mère célibataire,  croit que « Les hommes guinéens ne connaissent pas l’amour, ils ne connaissent pas la valeur de la femme, tous ceux que j’ai rencontrés ne le sont pas, j’ai rencontré des difficultés dans mes amours ».

Aicha Camara, agent commercial dans une société d’assurance, n’est plus gentille à l’égard des hommes guinéens : « Ils n’ont pas de sentiment réel envers leurs copines ou épouses. Même les cadeaux qu’ils te font, c’est pour tromper l’apparence. Quand on aime, on ne peut partager. Eux sont, le plus souvent partagés entre plusieurs amours. Ils veulent toucher à tout ce qu’ils voient. »

La fête des amoureux est surtout synonyme de cadeaux et de déclaration d’amour. Mariam est une jeune femme qui fait son petit commerce au marché Niger, célibataire, pour elle «rare sont des hommes guinéens qui font des cadeaux aux femmes. Ceux qui en font ne t’apportent que le manger ».

Mme Bangoura M’Ballou Fatoumata, est l’une des rares femmes interrogées qui pensent que “leur homme guinéen est un bon amoureux”

Le jour de la fête des amoureux échangez-vous des mots doux  et des cadeaux comme preuve d’amour ? A cette question, Antoinette Bangoura, comptable,  derrière son bureau confortable, regarde un instant dans le vide et répond : « Oui, on se fait des cadeaux. On parle de nous, on se dit je t’aime. Le problème avec nos hommes est qu’ils ne sont généralement pas sincères, ils trompent leurs femmes. Et, eux sont trop jaloux.»

De toutes les femmes interrogées, la seule qui donne de bonnes notes à son homme est  Mme Bangoura M’Ballou : « Mon mari est guinéen, mais il est un super grand amoureux, il est sympa, adorable, galant, éveillé. Il m’offre beaucoup de cadeaux. Ce que j’adore. Il porte une grande attention à nos enfants, il les fait manger, il change leurs couches. Et ce jour de la Saint Valentin, je lui ferai moi aussi un grand cadeau pour lui signifier mon amour. »

………………………………………………………………………………………………………………………

La Saint Valentin selon Wikipedia

Le jour de la Saint-Valentin, le 14 février, est considéré dans de nombreux pays comme la fête des amoureux. Les couples en profitent pour échanger des mots doux et des cadeaux comme preuves d’amour ainsi que des roses rouges qui sont l’emblème de la passion.

À l’origine une coutume païenne, cette fête a été assimilée par l’Église catholique romaine par la désignation de saint Valentin comme saint patron des amoureux. Le jour de la Saint-Valentin n’aurait pas été associé avec l’amour romantique avant le haut Moyen Âge. La fête est maintenant associée plus étroitement à l’échange mutuel de « billets doux » ou de valentins illustrés de symboles tels qu’un cœur ou un Cupidon ailé.

À l’envoi de billets au XIXème siècle a succédé l’échange de cartes de vœux. Cependant, en Amérique du Nord, les échanges de cartes ne se font pas selon la conception européenne où la carte de Saint-Valentin est envoyée à une personne « unique ». Il n’est pas rare qu’une personne y envoie une dizaine de cartes, et même que des élèves d’école primaire en envoient à leur maîtresse d’école.

Un dossier de Fatoumata Yarie

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici