Avant  le drame de Womey, les émeutes de N’zérékoré perpétrés contre les services impliqués dans la lutte contre la propagation du virus maudit!

Le procès des mis en cause a commencé. Ce n’est pas celui d’une communauté, mais plutôt, celui de ceux qui ont voulu ignorer et bafouer la loi. Et c’est aussi, un principe sacro-saint en Droit qui rappelle que: “nul n’est  censé ignorer la loi”. Il est donc important de le rappeler à certains politiciens, furent-ils du nombre des irréductibles opposants ou déguisés en artiste en mal d’inspiration ou de fans! Il est également impérieux de les rappeler à l’ordre tout en leur signifiant ceci : cesser de surfer sur les clichés de notre société, en crise de civisme et d’identité morale !

C’est à juste titre, si aujourd’hui en Guinée, nous refoulons tous (toute obédience confondue, sauf les commanditaires !) ce triste reflet que nous renvoie cette partie de nous. Cette longue litanie de drames ou de plaies communes, où, culmine Womey, doit être close.   Bref, les tragédies doivent cesser !

Cependant, s’il est inadmissible de croire et difficile d’accepter, que les terres qu’ont défendues: Zégbéla TOGBA, Samory TOURE, Alpha Yaya DIALLO, DINA Salif et autres, soient continuellement souillées par le sang de ses propres enfants, il est d’autant inconcevable de voir que de tels crimes abominables et innommables soient récupérés par certains parmi nous, pour en faire, un moyen d’apparat ou de parade politique.

En effet, Womey doit nous interpeler tous! Plus de cinq mille (5.000) habitants sont en train de payer par la force des choses, l’hérésie d’une poignée d’individus possédée par Lucifer et capable des barbaries dignes du temps des cavernes! Cette situation malgré qu’elle soit anormale et injuste, doit nous amener à réfléchir davantage sur notre inactivité ou inertie collective contre les fauteurs réguliers de troubles.

Egalement, vu de très près et sur certains angles, Womey (Que Dieu nous en garde) rappelle tristement à tout intellectuel averti, une transposition à échelle très réduite, de ce qui pourrait nous arriver, si nous ne prenons garde. Ce faisant,  nous devons agir collectivement avec vigueur et rigueur  en vue  d’extirper en nous, ce vieux démon qui s’y réveille si fréquemment. Il est temps de trouver le meilleur antidote contre toutes ces turpitudes. Sinon, au sens propre, Womey, c’est  la tragédie d’une “Guinée en miniature” !

Les échantillons des victimes et le mode opératoire sont classiques. Mais le hic, c’est le mobile des crimes qui restent d’une extrême trivialité ou gratuité, c’est à dire: tuer, ceux qui sont venus vous protéger contre une menace d’une forte morbidité qu’est : la propagation du virus Ebola.

Pendant que tous les patriotes ruminent encore ce mal et ces douleurs vécus collectivement, de façon très préoccupante, nous venons de nous heurter, à l’une des pires farces de politiciens véreux, lâchement blottis sous le masque  d’une organisation à dénomination régionaliste. Ils essaient comme à l’accoutumée, de polluer cette atmosphère déjà très pesante. A présent, implacablement soumis à ce décompte macabre de nos compatriotes fauchés par ce virus, eux, cherchent éperdument à nous rendre le climat délétère avec un tissu social dont la fragilité n’échappe à personne.

De tout point de vue, si “Le Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière” est une organisation neutre, pourquoi ce rapprochement effarant de son Président d’avec les pires extrémistes de notre scène politique ? Qu’a-t-il(le Président) à chercher ou à gagner sur l’échiquier politique, pendant que l’épicentre de l’épidémie de ce virus maudit reste étrangement, la région naturelle qu’il revendique ? Quelle contribution a-t-il à son actif pendant sa mandature à la tête de cette ONG, comme riposte communautaire contre la propagation du virus dans son élan dévastateur?  Cet innocent  président que nous avons tous saluer la désignation, ne doit-il pas cesser d’animer conjointement des conférences de presse avec ces politiciens et artistes (déguisés) suffisamment reconnus par le peuple, pour leurs envolées verbales et leurs discours incendiaires? Ne doit-il (le Présidentdu “Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière”) pas à ce jour, être auprès de nos parents des zones rurales, pour mieux les expliquer les vrais contours et enjeux de la maladie qui continue à les décimer ? Ses actions ne doivent  plutôt pas consister au plaidoyer et à la mobilisation sociale et la galvanisation de toutes les énergies afin de freiner rapidement l’épidémie partout en Guinée et particulièrement dans sa zone d’origine? Les réponses à ces questions, sont celles de l’heure qui valent. De tous nos vœux, nous voulons lui rappeler que : Telimélé, demeure un bel exemple de riposte communautaire qui mérite d’être suivi, mais Hélas !

Je   pense que “Le Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière”,  est une organisation noble dans son fondement et ses objectifs, elle est de bons alois. Il est aussi évident qu’elle a en son sein, de jeunes cadres très charismatiques dont la probité morale et intellectuelle ne souffre d’aucun doute. Mais ayons le courage de le dire, dangereusement,  elle ne fait que se rapprocher davantage de par son Président, de l’opposition radicale.

Ceci dit, si la grande majorité des guinéens reste très attachée à cette contrée dont la représentativité est revendiquée par cette organisation, cette belle région dis-je, véritable réceptacle et creuset de cette mosaïque  culturelle qui fait incontestablement sa particularité, sa fierté et toute sa beauté, par ses dignes filles et fils  doivent réagir contre l’amalgame qui s’opère par son Président. C’est un conseil amical de lui recommander vivement, de se démarquer de ces politiciens peu fréquentables.  Ses actions doivent être plus fédératrices et unificatrices. Mais s’il continue à partager le clair de son temps avec les fêlés de l’opposition radicale, je crains que par sa faute, cette belle organisation soit rejetée par la majorité des guinéens comme l’est aujourd’hui notre opposition radicale!

Enfin, c’est une vive préoccupation pour moi, d’éviter à cette belle organisation à base communautaire une mauvaise image, et de la voir à son tour, sombrer dans la politique politicienne. Ceci est un appel pressant que des citoyens épris de paix et d’amour  comme moi, lui lançons, sans oublier ses camarades responsables pour  sortir son organisation de ce carcan et cet imbroglio dans lequel il vient de l’en enfouir. Pour une dernière fois, Monsieur le Président du “Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière” démarquer vous immédiatement des sieurs : Faya MILLIMONO, Ousmane Gaoual DIALLO et le jeune artiste Elie KAMANO, tous reconnus pour leurs discours incendiaires, haineux, bellicistes  et insolents à l’encontre des autorités actuelles et les responsables du RPG arc-en-ciel.

Conakry, le  10 octobre 2014

Souleymane DOUMBOUYA

Publicités