L’ancien ministre de l’information et de la communication, Justin Morel Junior, était l’invité spécial de l’AG Foutty-laffidy de ce dimanche 19 janvier 2020 à Matoto. Justin Morel Junior, a été limogé du gouvernement dirigé par le premier ministre Lansana Kouyaté, en janvier 2008.

Pendant les débats, Justin Morel Junior (JMJ), a expliqué comment il a été contacté pour servir la nation.

“Je n’étais pas en Guinée durant les événements de 2006, 2007, j’étais au front au Congo RDC en pleine rébellion là-bas, la Guinée aussi était dans son ébullition sociopolitique, ici. Mais à un moment donné, un homme appelé Lansana Kouyaté, a pensé que je pouvais faire partie de ces Guinéens qui pouvaient apporter un changement à ce pays. Il m’a fait appel, comme d’autres Guinéens et j’ai répondu oui et je suis arrivé”, a entamé l’ancien ministre et fonctionnaire international.

“Qu’est-ce qui s’est passé en janvier 2008 pour que je sois demis du gouvernement, moi-même je continue encore à chercher la vérité. Parce que le décret me limogeant n’a jamais été vu. Mais les recherches se poursuivent”, a-t-il laissé entendre.

Sur le comment il a appris son limogeage du gouvernement, Justin Morel, a expliqué : “Je rentre de voyage à l’intérieur du pays, je me rappelle, le décret qui me limogeait était diffusé le même jour que le reportage de mon séjour à Tougué, où je venais d’inaugurer le réseau téléphonique. C’est ce reportage qui a été coupé pour dire que j’ai été limogé. Et j’étais assis au salon, je regardais la télé tranquillement… et mes amis étaient venus me rendre visite ; ils m’ont trouvé serein, un de mes voisins a demandé vous étiez informé qu’on allait vous limoger ? Je dis non. Mais je pense que c’est normal quand on y entre, il faudra un jour y sortir. (…) Je n’ai jamais considéré être membre du gouvernement comme une fin en soi. On vous appelle quand on a besoin de vous et on peut aussi vous remercier. C’est ma philosophie personnelle.”

Pourquoi Lansana Kouyaté, premier ministre d’alors a manqué de courage pour afficher sa solidarité avec lui ? “Kouyaté s’en est largement expliqué. Moi je n’ai voulu rien dire sur cela, fidèle à ce que je vous ai dit : on m’appelle pour un service, je le rends, on me demande de partir, je vais en toute dignité. Et je peux vous dire que suite à cela, le peuple m’a montré une immense solidarité. Des jeunes, chez moi à Koloma sont venus chanter l’hymne national”, a-t-il repondu.

Quid du gouvernement sous le régime Dadis Camara ? “Mon expérience d’homme de média, de fonctionnaire international qui a servi plus de 15 ans à l’UNICEF pour la cause des femmes et des enfants, je ne pouvais pas après le drame du 28 septembre, appartenir à ce gouvernement. Et ça je l’ai écrit de manière très honnêtement avec tout le respect que je devais au capitaine pour avoir pensé à moi (…) mais j’ai expliqué, désormais je n’avais plus la force morale de porter la parole du gouvernement “, a-t-il répondu.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Publicités