Accompagné par un groupe d’enseignants, Aboubacar Soumah a participé à la célébration de la fête internationale du travail, ce mardi à l’esplanade du palais du peuple. Avec ces amis, il a défilé sans être cité par le maitre de cérémonie. Une fois à la tribune officielle, il a été empêché de serrer la main au premier ministre Mamady Youla, le ministre du Travail, Albert Damantang Camara et quelques syndicats dont Amadou Diallo et Louis M’bemba Soumah.

Après ce refus par la sécurité, Aboubacar Soumah, s’est difficilement trouvé une place à la troisième rangée. Rencontré à la fin de la cérémonie, Aboubacar Soumah a déclaré que : ” En tant que Secrétaire général du secrétariat General du Slecg, une organisation affiliée à l’USTG et qui est partie prenante de cette organisation de la fête internationale du travail, je ne peux pas rester en marge de la fête des travailleurs. C’est ce qui a fait qu’il a été décidé au niveau du bureau national du Slecg de venir participer même si on n’a pas été invité”, s’est-il justifié.

“L’USTG est l’une des organisatrices de cette cérémonie, nous nous sommes donc donné le devoir de nous représenter et de défiler. Maintenant qu’on nous empêche de serrer la main aux autorités, peu importe, l’essentiel pour nous est que nous avons participé à cette fête et que nous avons partagé la joie avec l’ensemble des travailleurs aujourd’hui de la République de Guinée” s’est-il réjoui.

Pour celui qui a paralysé le système éducatif guinéen en début d’année, les différents discours sont focalisés sur l’emploi. « Nous constatons qu’il y’a trop de chômeurs en Guinée, il n’y a pas de création d’emploi. C’est pourquoi, pour notre part, nous demanderons au gouvernement de bien gérer les biens de ce pays, et de bien les repartir parce que la richesse nationale appartient à tous les citoyens de la République de Guinée. Ils parlent de paix mais quand il n’y’a pas de justice sociale, il ne peut pas avoir de paix », a-t-il conclu.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Publicités

Laisser un commentaire