Deux Guinées ont célébré la fête de l’indépendance le 2 octobre dernier. Une, officielle, était réunie au Palais du peuple autour du CNRD. Le colonel Mamadi Doumbouya, président de la Transition, y avait invité notamment le premier ministre malien par intérim, le Colonel Abdoulaye Maïga. Mais cette cérémonie, un peu mal goupillée, même avec un concert gratuit, avait drainé moins de monde que celle organisée par l’autre Guinée. Cette Guinée qui avait légitimé le coup d’état d’il y a un an contre Alpha Condé, a fêté sur l’« Axe ». Là où elle avait porté au pinacle le lieutenant-colonel Mamadi Doumbouya et ses hommes. Le soutien populaire des Guinéens au coup d’état dont se gargarisent ceux qui aiment remplacer les parties de l’histoire qu’ils n’aiment pas par d’autres qu’ils apprécient le plus se limite en réalité à l’ « Axe », le fief de Cellou Dalein Diallo. Un an après, cette vérité demeure…Quand l’ « Axe » retire son soutien au CNRD et décide d’organiser une fête au même moment que celui-ci, on constate aisément la différence : une mobilisation hors norme sur l’ « Axe » contre quelques personnes amassées aux alentours de la fontaine à jet d’eau du Palais du peuple.

La mobilisation sur l’Axe

Par Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com