Contrairement à la journée d’hier, au cours de laquelle les activités ont été totalement paralysées à Conakry, on sent un peu plus de vie dans la capitale guinéenne, ce mardi 15 octobre, deuxième journée de manifestions de rue du FNDC (Front National pour la Défense de la Constitution).

Pendant que la circulation reste encore bloquée, par endroits, sur l’axe Hamdallaye-Sonfonia-Kagbélén, où des violences règnent entre forces de l’ordre et manifestants, les populations vaquent peu à peu à leurs activités, dans la zone allant du rond-point d’Hamdallaye à Kaporo en passant par Taouyah, Ratoma et Kipé…

Dans cette zone, on constate la présence, dans la circulation, de quelques taxis qui ont repris du service depuis ce matin. Au niveau du marché de Taouyah par exemple, même si les grandes boutiques et magasins restent fermés et gardés par les propriétaires qui sont assis à la devanture, des femmes étalagistes sont au rendez-vous dans ce marché qui, sans doute, constitue le plus grand centre commercial de la zone. Plusieurs petites boutiques d’alimentation générale, non loin de ce marché, qui étaient fermés durant toute la journée d’hier (lundi), ont rouvert leurs portes ce matin.

Par ailleurs, la quasi-totalité des établissements scolaires sis dans cette partie de la capitale guinéenne sont encore fermées.

Il faut également noter qu’un peu plutôt dans la journée (9 h), des jeunes manifestants ont tenté de bloquer la circulation au niveau du marché de Kaporo, mais ils en ont été empêchés par  des agents des forces de l’ordre.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire