Le discours d’autoflagellation du président de l’Union des forces du changement (UFC), Aboubacar Sylla, qui appelle l’opposition à revoir sa  stratégie, en prélude aux élections locales qui pointent à l’horizon, si elle ne veut pas se faire rouler une nouvelle fois dans la farine, par un pouvoir, peu soucieux de la transparence des scrutins, a provoqué une levée de boucliers au sein de l’Union des forces démocratiques de Guinée (Ufdg), où trois des lieutenants du leader du parti ont crié haro sur le baudet. Alpha Boubacar Diallo, Ousmane Gaoual Diallo et Dembo Sylla, battent en brèche les remarques du porte-parole de l’opposition, mettant en doute leur pertinence. Certains observateurs pensent toutefois qu’il serait loisible d’intégrer les critiques, que de faire  le dos rond, quand on sait que l’opposition guinéenne est à la croisée des chemins.    

Après une diète médiatique de près de deux mois, Aboubacar Sylla, président de l’Ufc, et porte-parole de l’opposition républicaine a marqué son retour, par un discours qui n’en finit pas de susciter la polémique au sein de l’opposition républicaine, notamment dans l’entourage du leader de l’Ufdg.

Aboubacar Sylla dans un speech prononcé le 11 novembre, à l’issue de l’assemblée générale hebdomadaire de son parti fait l’amer constat que les choses ne bougeaient pas du tout, en termes de stratégies, au niveau de l’opposition républicaine.

«Nous avons fait le constat que depuis sept ans, l’Ufc est à l’avant-garde de l’opposition républicaine. Nous avons malheureusement fait le constat que les résultats de ce combat politique ne sont pas encore tangibles. Nous avons fait le constat que nous sommes dans une impasse politique totale qui se répercute évidemment sur la situation économique et sociale de notre pays. Nous devons donc nous interroger aujourd’hui, sur l’efficacité que nous mettons et les stratégies qui sont mises au point au sein de l’opposition républicaine. Nous devons nous retrouver et  réfléchir sur les voies et les moyens de rendre cette opposition plus efficace, parce que pour le moment je peux dire que nous sommes pratiquement à la case de départ », s’offusque Aboubacar Sylla.

Le porte-parole de l’opposition a annoncé dans la foulée que son parti allait se retrouver en interne pour examiner les points liés à ‘’l’efficacité des stratégies de l’opposition, et  si  les points et les stratégies étaient conformes aux enjeux.’’

Cette démarche de l’Ufc selon lui, permettront à son parti de se positionner par rapport aux enjeux électoraux,  dans la perspective du scrutin du 4 février 2018.

Et le président de l’Ufc a pour finir, relevé un problème de leadership au niveau de l’opposition, qui n’arrive pas à casser le plafond de ver de l’échec.

« Je dois reconnaître en tant que membre influent de l’opposition républicaine, en tant que membre fondateur de cette opposition, que malheureusement les objectifs que nous visions lorsque nous la créions, nous ne les avons pas encore atteints, et cela veut dire tout simplement qu’il y a un problème d’efficacité d’organisation, de solidarité et peut-être même un problème de leadership. Si nous continuons, nous de l’opposition républicaine ou l’opposition politique en général, à évoluer exactement de la même façon avec les mêmes stratégies, nous allons creuser la ligne de notre échec qui va durer pendant  plus de 20 ans en République de Guinée, parce que la façon dont nous gérons aujourd’hui la vie politique de ce pays ne nous permettra certainement pas une alternance ni en 2018 lors des élections législatives ni en 2020»,  a averti le porte-parole de l’opposition républicaine.

Ce sont là les propos qui ont l’air d’avoir hérissé l’entourage du chef de file de l’opposition républicaine, eu égard à  la véhémente des réactions suscitées par le discours du  président de l’Ufc.

Ousmane Gaoual Diallo, député uninominal de l’Ufdg, qui a été le premier à réagir à cette autoflagellation du porte-parole de l’opposition républicaine.

Au micro de nos confrères du site africaguinee.com, le député rejette les propos de M. Aboubacar Sylla.

Pour lui, « quand on entend que c’est le leadership qui fait défaut, c’est comme pour dire que c’est Cellou Dalein qui est le problème. Nous rejetons cette forme d’accusation parce qu’elle n’est ni objective, ni responsable », a-t-il répliqué.

Parlant du porte-parole de l’opposition, Ousmane Gaoula Diallo indique ‘’qu’il en est un acteur majeur, donc, il n’y a pas à mettre en cause  le leadership de l’opposition, s’il ne veut pas indexer que Cellou Dalein. Il y a pas mettre en cause les démarches de l’opposition républicaine parce qu’elles étaient collégiales. Toutes les activités ont été conduites de façon collégiale. S’il y a défaillance, c’est ce collège qui doit assumer l’entièreté de la responsabilité et ne pas indexer un individu ou une structure (…). »

Abondant dans le même sens, Alpha Boubacar Bah, chargé de communication de l’Ufdg, a dans un entretien accordé au site mosaiqueguinee.com, accusé le leader de l’Ufc de vouloir se désolidariser du reste de l’opposition républicaine, dont l’Ufdg.

« Aboubacar Sylla estime que l’opposition républicaine n’a obtenu aucun résultat. Ces genres de déclarations foulent au pays tous les sacrifices consentis par les militants de l’opposition depuis 2011. Et Dieu sait qu’ils sont nombreux. Qu’aurions-nous obtenu si nous ne nous étions pas battus. Absolument rien», rappelle Alpha Bacar Bah.

Ajoutant que si ‘’M. Sylla croit qu’il faut changer de stratégie, mais il  est au cœur de cette stratégie depuis 2011. S’il y a eu défaillance, le leader de l’Ufc doit assumer sa part de responsabilité. Pourquoi durant tout ce temps, n’a-t-il pas proposé à l’interne une autre plus efficace.’’

Un autre lieutenant de M. Cellou Dalein Diallo, a embouché la même trompette que les deux cadres cités plus haut. Il s’agit du député Dembo Sylla, vice-président de l’Udg, parti allié de l’Ufdg. Lui, va jusqu’à demander des sanctions disciplinaires contre le président de l’Ufc.

« Je souhaite que le chef de file de l’opposition républicaine, Elhadj Cellou  discipline rigoureusement Aboubacar Sylla, qui attaque flagramment son leadership », martèle  Dembo Sylla, sur le site visionguinee.com.

Ces réactions de ces proches du chef de file de l’opposition, jugées un peu véhémentes par certains observateurs, démontrent que l’opposition est en plein psychodrame, cela à moins de trois mois du vote.

On sent la colère chez l’entourage de Cellou Dalein Diallo, où on n’hésite pas à « apostasier » ceux qui osent émettre des critiques à l’encontre du leadership de l’opposition. Et pourtant on a une opposition qui est à la croisée des chemins, qui a donc véritablement besoin de se remettre d’aplomb, pour mieux affronter les échéances électorales à venir.

Aliou Sow (L’Indépendant)

Publicités