A l’occasion de la 108ème session de la conférence du travail qui a coïncidé cette année, au centenaire de l’Organisation internationale du travail (OIT), célébrée le mois de juin de chaque année à Genève, l’Union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG) qui y a pris part, a tenu, ce vendredi, un point de presse, à son siège, pour des éclaircissements sur sa participation.

Comme chaque année, une conférence du travail est organisée à Genève par la Confédération syndicale internationale (CSI), à laquelle participent toutes les centrales syndicales des travailleurs, les gouvernements et les organisations patronales. En Guinée, c’est l’USTG d’Abdoulaye Sow qui y a été invitée. Mais d’autres centrales étaient également présentes à cette conférence, d’où la remise en cause par certains, des accréditations d’Abdoulaye Sow et d’Aboubacar Soumah.

Aboubacar Soumah, secrétaire général du SLECG et secrétaire général adjoint de l’USTG, revient sur le bras de fer avec le gouvernement : “L’USTG; ses droits ont été confisqués par le gouvernement qui n’a pas voulu, pour des raisons qu’il connaît, prétextant qu’il y a le bicéphalisme au sein de l’USTG, donc le gouvernement a détourné nos droits en faveur d’une autre centrale, qui est la CNTG. Devant cette situation, l’USTG a adressé une correspondance à la CSI (Confédération syndicale internationale )”.

Aussitôt au courant de la situation, la CSI a accordé une accréditation à trois secrétaires généraux de l’USTG, à savoir : le secrétaire général Abdoulaye Sow, la secrétaire générale adjointe Mariama Dalanda Barry et le premier secrétaire général adjoint de l’USTG Aboubacar Soumah, alors que le gouvernement a refusé d’octroyer les passeports de service et leurs  dossiers ont été refusés au niveau de l’ambassade de France.

Avec leurs badges d’accès à cette conférence, Aboubacar Soumah a affirmé que les travaux se sont déroulés dans de très bonnes conditions et non comme l’indiquent certaines personnes : “Nous avons été effectivement invités par la CSI; lorsqu’on raconte que nous n’avons pas pris part aux travaux de commissions, alors l’existence de ce badge prouve à suffisance que ces allégations ne sont que mensongères”.

Et selon Aboubacar Soumah, c’est à travers la CNTG que l’autre branche de l’USTG a pu rejoindre Genève, et il n’ont pas reçu une invitation de la CSI ; ce qui a d’ailleurs été démontré dans le salle de conférence, lorsque la CSI a annoncé que la seule centrale syndicale USTG invitée en Guinée, est l’USTG dirigée par Abdoulaye Sow.

L’USTG, à travers son secrétaire général, a demandé que la CSI vienne en Guinée pour réunir ou unifier toutes les centrales syndicales.

Fatoumata Kaba pour Guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire