Comme annoncé dans un de nos précédent articles, la plaidoirie des avocats de la défense dans le procès des présumés assassins de dame Aïssatou Boiro, ancienne directrice du Trésor public et de Temple Coll, s’est poursuivie, ce mardi 8 janvier, au tribunal de première instance de Dixinn.

Dès l’ouverture de l’audience du jour, Me Barry a pris la parole pour plaider la cause de son client, Elhadj Ousmane Baldé, un des présumés assassins.  Contrairement aux autres avocats des prévenus, Me Barry, s’est juste focalisé sur le fond du dossier. Pour lui, aucune preuve n’existe dans le dossier pour incriminer les présumés coupables. Toutefois, le conseiller du détenu a sollicité que son client soit condamné « au temps mis en prison ».

De son côté,  Me Jean Baptiste Zokamé, avocat de Mohamed Diallo dit Junior, a d’entrée de jeu déclaré au tribunal que : « Ce procès doit vous permettre de trouver un coupable ou des coupables de l’assassinat de Madame Aïssatou Boiro », avant de dénoncer la violation des procédures pendant l’interpellation, l’interrogation, mais aussi pendant la détention de son client.

Soutenant mordicus que le dossier du ministère public manque d’éléments de preuves dans le fond, Me Zokamé a demandé au tribunal de déclarer un non-lieu et libérer les détenus pour manque de preuve.

Après ces heures de plaidoiries, le procès a été renvoyé par le juge Ibrahima Kalil Diakité, pour le 4 février prochain, pour les délibérations.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Publicités

Laisser un commentaire