Sur les 20 accusés dans l’affaire « d’enlèvement, séquestration et assassinat » d’Elhaj Abdourahmane Diallo, seulement 2 ont été entendus par le tribunal criminel du TPI de Dixinn, lundi 12 avril, avant que le juge en charge de l’affaire ne suspende l’audience pour la renvoyer au 26 avril prochain.

Après avoir écouté les deux prévenus, dont le premier (Tony Akpo, Nigerian) qui a reconnu avoir pris part à l’opération d’enlèvement de d’Elhadj Doura et le deuxième (Elhadj Mamadou Diallo) qui a dit avoir récupéré la rançon, tout en niant toute implication dans l’opération d’enlèvement; les avocats des deux camps ont eu des réactions diverses.

Selon Me. Mohamed Abou Camara de la défense, avocat commis d’office, « la responsabilité pénale est individuelle. Il y a un premier qui a commencé à faire des déclarations qui dit avoir participé mais ne sachant pas pourquoi il est là… Il y a un certain Ibro qui est en train d’utiliser tout le monde parce qu’on parle d’association… Mais en attendant les autres ont leur version des faits dans la mesure où ceux qu’on dit être les commandos du groupe disent ne rien savoir de tout ce que l’autre est en train de déclarer. Nous restons encore sur notre faim dans cette affaire et nous en tant qu’avocat de la défense on ne se presse pas de donner notre avis par rapport à la participation des uns et des autres dans ce dossier. Nous restons jusqu’à ce que chacun soit situé sur sa responsabilité personnelle dans ce dossier. En attendant rien n’a commencé ».

De son côté Me. Faya Gabriel Kamano, avocat de la partie civile, a fait savoir: « la leçon que nous pouvons tirer, c’est que les accusés ont évolué dans une association bien organisée. Nous avons compris que le président d’audience a eu raison de commencer par ceux d’entre eux qui reconnaissent partiellement les faits et nous avons enfin compris que le nommé Elhadj Mamadou Diallo a joué un rôle très important dans l’enlèvement d’Elhadj Doura… C’était lui l’un des cerveaux. »

Me Joseph Momory Kamano, l’autre avocat de la partie civile, a lui déclaré: « c’est quelqu’un (Elhadj Mamadou Diallo) qui a opté pour l’argent facile pour la vie facile… Il a eu toutes les occasions si ce n’était que pour la rançon pour sauver la vie d’Elhadj Doura parce que la rançon convenue a été entièrement payée. »

« Le montant a été payé en deux tranches, 100.000 dollars ont été payés à Elhadj. Une autre rançon à hauteur de 80 millions a été payée dans les mains d’un certain Lamah Kaba qui est en fuite. Ils sont au nombre de 23. Trois sont en fuite dont Ibro, Zimbabwé, le Nigérian et Kaba », a-t-il rappelé.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com