Le procès contre les présumés auteurs de l’assassinat d’Elhadj Abdourahmane Diallo dit « Elhadj Doura », a continué, ce lundi 11 octobre, devant le tribunal criminel de Dixinn. Cette audience a démarré par la comparution du quatorzième prévenu.

Sao Ndanema, c’est son nom. De nationalité Sierra-Léonaise, et résidant en Guinée depuis 2006 selon lui, il a été interpellé le 28 janvier et déféré le 14 février 2018.

Renvoyé devant le tribunal pour des « faits d’association de malfaiteurs, enlèvement, séquestration, complicité, recel, abstention délictueuse, blanchiment des capitaux et assassinat », M. Ndanema a, dans son intervention, nié toute implication dans cette affaire, avant d’avouer néanmoins connaître quelques-uns parmi les accusés. Notamment Ibrahim Diallo alias Ibro, Lamah Kaba dit L. Kaba (tous en fuite) et Mohamed Dady (en détention).

Parlant de sa relation avec Ibro, Sao Ndanema a fait savoir que c’est en 2016 qu’il a connu ce dernier dans le cadre de ses activités de vente de véhicules. Selon lui, Ibro trouvait des clients pour ses marchandises (voitures) et qu’à cette occasion, ce dernier lui a présenté les plus hauts gradés de l’armée, notamment au niveau du deuxième bureau, un service des renseignements généraux.

Plus loin, le prévenu a souligné que le nommé Ibro lui a une fois présenté un individu qui appartiendrait à un réseau de kidnappeurs et que ce dernier a des relations au sein de l’administration et de l’armée. « Un jour j’étais avec Ibrahima Diallo dans une voiture que je lui revendais, alors il m’a montré un de ses éléments qui, selon lui, est un grand spécialiste de kidnapping, je lui ai dit alors pourquoi on ne l’arrête pas, il me dit que ce dernier travaille avec des agents et qu’il a beaucoup de relations, c’est pourquoi on ne peut pas l’arrêter, c’est là que j’ai commencé à avoir peur », a-t-il déclaré.

Avant d’ajouter qu’Ibro voulait lui montrer qu’il est fort, puissant: « Quand on venait au deuxième bureau, Ibro ne me présentait qu’aux hauts gradés de l’armée. »

En ce qui concerne son interpellation, Sao Ndanema a fait savoir que c’est à la frontière Guinéo-Sierra léonaise quand il se rendait à Freetown, que Lamah Kaba dit El Kaba un des proches d’Ibro l’a appelé au téléphone pour lui dire de ne plus retourner en Guinée au motif que le nommé Daddi (un autre prévenu) l’a cité dans l’assassinat d’Elhadj Doura: « et quelques heures plus tard, El Kaba me rappelle pour me dire de ne même pas rentrer à Freetown parce que la gendarmerie ne tardera pas à venir me chercher, je lui ai dit non, moi je vais rentrer chez moi, et dès que je suis rentré à Freetown, le lendemain, la gendarmerie est venue me chercher. C’est comme ça que j’ai été arrêté. »

Malgré toutes les insistances de l’avocat, le prévenu est resté campé sur sa position de négation, dans cette affaire.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com