A la Maison de la presse de Kipé, ce mercredi 20  septembre, les membres de l’ONG Observatoire des Droits de l’Homme, de la Citoyenneté et de la Sécurité (O.D.C.S) se sont exprimés sur l’affaire Ousmane Gnelloye Diallo, le propagandiste de l’ancien parti au pouvoir (RPG arc-en-ciel) sur les réseaux sociaux, qui a été condamné à 5 ans d’emprisonnement et au paiement de 2 millions de francs guinéens d’amende pour « délit de menaces de mort et d’injures publiques » à l’égard de madame Kadiatou Biro Diallo.

Dans cette affaire, actuellement jugée à la Cour d’appel de Conakry, les membres de l’ODCS ont, à travers une déclaration, demandé aux nouvelles autorités, le respect de l’article 9 de la charte de la transition du 27 septembre 2021, qui stipule que « tous les citoyens guinéens sont égaux en droits et en devoirs. Ils sont égaux devant la loi sans aucune distinction. Ils sont électeurs et éligibles dans les conditions déterminées par la loi ».

L’ONG dirigée par Mohamed Lamine Condé dit avoir pris acte de l’exécution du mandat d’arrêt décerné contre Ousmane Gnelloye Diallo. Mais souligne, par contre, être préoccupée par la non-exécution des mandats d’arrêt internationaux décernés contre d’autres acteurs de la vie sociopolitique décernés par la justice guinéenne.

A cet effet, Mohamed Lamine Condé a déclaré : « en notre qualité de défenseurs des droits de l’homme et membre de l’observatoire des droits de l’homme, de la citoyenneté et de la sécurité, demandons l’exécution de tous les mandats délivrés par l’ancien régime ou leur annulation pure et simple. Nous sommes et restons opposés à l’exécution sélective des mandats d’arrêt de l’ancien régime. »

« En tout état de cause, poursuit-il, nous nous réservons le droit d’attirer officiellement l’attention des institutions nationales, internationales et les organisations des droits de l’homme sur cette injustice qui fragilise le vivre ensemble des Guinéens ».

Pour tout dire, « avec la justice, le CNRD sera la solution de nos problèmes. Mais avec I’injustice, le CNRD sera le problème pour le bien-être des Guinéens ».

Mohamed Soumah pour Guinee7.com