C’est dans la salle de conférence Mohamed Koula Diallo de la Maison de la presse, à Coléah, que la Fondation pour l’Agriculture et le Développement Durable (FADD) a conféré avec les hommes de médias, ce jeudi 11 avril. L’objectif était de faire le point sur les préparatifs de la remise du “Prix d’Excellence pour l’Agriculture et le Développement”, aux meilleurs producteurs dans les domaines de la pêche, de l’agriculture et de l’élevage.

« Nous pensons que le développement de la Guinée passera forcément par la promotion du monde rural. Imaginez-vous, une tonne de bauxite coûte 100 dollars par rapport à une tonne d’anacarde de 1 500 dollars ; imaginez la différence. Donc, la promotion du monde rural, c’est assurer non seulement la sécurité alimentaire du pays, mais aussi c’est le développement intégré de la Guinée », a déclaré Kalil Kaba, membre de la FADD.

Selon les membres de la FADD, le travail sur le terrain s’est déroulé en trois tranches : la première tranche a eu lieu dans la zone spéciale de Conakry, où seulement les pêcheurs artisanaux ont été rencontrés dans les débarcadères par la commission ; pour la deuxième tranche, la mission s’est rendue dans les régions administratives de Kindia et Boké. Sur place les meilleurs producteurs agricoles et piscicoles ont été identifiés, en collaboration avec les différentes directions régionales de ces secteurs. La même démarche a été utilisée par la commission, lors de la troisième tranche, qui s’est effectuée dans les régions administratives de Labé, Mamou, Faranah, Kankan et Nzérékoré. Les meilleurs dans les domaines de l’agriculture, la pêche et l’élevage ont été sélectionnés.

A la fin de la mission, 450 producteurs dans les trois secteurs ont été touchés. « Nous comptons, d’ici la remise des prix d’excellence, retenir en tout 12 nominés ; c’est-à-dire quatre pour la pêche, quatre pour l’agriculture et quatre pour l’élevage », a déclaré Kalil Kaba, tout en soutenant que les lauréats bénéficieront d’accompagnement technique, c’est-à-dire la formation, un montant symbolique et des aides pour participer aux forums internationaux.

Sur les critères de sélection, selon le président de la fondation, Oumar Marie Louis Kouyaté, pour l’agriculture, il faut accepter la semence améliorée que l’Etat leur propose, ensuite accepter le conseil agricole que les services techniques leur donnent… Pour l’élevage et la pêche, il faut respecter la chaîne de valeur.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

 

 

Publicités

Laisser un commentaire