En France et dans de nombreux autres pays occidentaux où il y a des milliers de cas de Covid19, le personnel soignant est applaudi tous les soirs. Encourager ces femmes et hommes qui, malgré de faibles moyens –aucun pays au monde n’a suffisamment de moyens pour faire face à cette pandémie-, affrontent le virus maudit est devenu un rituel. Dans ces pays, le plus souvent, les personnes guéries louent les efforts des médecins et auxiliaires et conseillent les citoyens à plus de vigilance.

Cette sagesse est loin d’être partagée en Guinée où des personnes guéries de par leurs commentaires découragent certains à se faire dépister. ‘‘Pas de draps de lits’’ ; ‘‘pas de desserts’’ ; ‘‘pas de beurre’’ ; ‘‘pas de confitures’’, et tutti et quanti, sont des gentils mots adressés à toute la chaine de prise en charge.

Pire, les experts en tous domaines n’ont cessé de désigner à la réprobation  le docteur Sakoba Keïta. Cet homme qui avec brio, a mené une politique de lutte efficace contre Ebola plus mortel que le Covid19.

Son degré d’engagement est si élevé qu’il a fini par choper le virus qui vient s’ajouter à son état de santé déjà chancelant.

En un mot ou en mille, nous devons une fière chandelle à ces femmes et hommes qui ont accepté de mettre leur vie et celle de leurs familles en danger pour nous sauver. Et nous, nous leur dédions cette chanson de One Time qui leur dit : Bravo ! Ce genre de politesse est une denrée rare chez nous.    

Focus de guinee7.com