Le président Alpha Condé  essaye de dédramatiser les choses, après l’emballement médiatique qui a suivi sa sortie du 28 mai dernier. Ainsi dans un discours au ton jugé plus  « conciliant », le dimanche dernier, lors d’un passage au siège de son parti au quartier gbessia, Alpha a allumé un contre-feu, en clouant au pilori ceux qui ont déploré ses propos à l’endroit de la communauté malinké,  les qualifiant « d’opportunistes » voulant « perturber » le RPG.

Dans ce discours du président de la République qui était perçu par certains observateurs comme étant un discours « réparateur », après la boulette du président, constatée le 28 mai dernier, lors de la commémoration de l’an 25 de son retour au bercail, Alpha Condé est encore demeuré dans la posture communautariste. C’est ainsi qu’il a cité des noms de cadres originaires de la haute Guinée, qui sous la deuxième république s’étaient montrés très hostiles à l’émergence du RPG.

Parmi les noms cités il y avait Lamine Diallo, qui selon Alpha Condé  aurait tiré sur ses militants à Kankan. Noumoukè Diallo  aussi, qui aurait  tiré sur ses cadres à Mandiana. Sans oublier un certain Mara, qui  aurait également tiré sur ses cadres à Kéréouané.

Et que ce ne sont ni des cadres peulhs ni des cadres soussous, qui seraient  allés tirer sur des malinkés en Haute-Guinée. Mais bien des cadres malinkés.

Après cette dénonciation, le président a tenu à dire : « on n’oublie pas mais on pardonne, car notre parti s’appelle le rassemblement. On doit rassembler tous ceux qui veulent que la Guinée aille de l’avant, quelque soit leur région ou leur religion. C’est notre objectif. Il y a des patriotes partout en Guinée. Ceux qui nous ont fait du mal hier, on les pardonne, mais on n’a pas oublié », a-t-il souligné.

Avant de décocher ensuite des flèches contre des cadres malinkés, qui dit-il parleraient aujourd’hui, alors que  quand on « mâtait ses militants, ils allaient à Kankan, à Siguiri pour les insulter ».

A propos des différentes missions dépêchées à l’intérieur du pays par le parti, au lendemain du discours du 28 mai, Alpha a tenu à préciser qu’il s’agirait plutôt   de gens qui seraient partis en Forêt, au Foutah, en Haute Guinée et en Basse Guinée pour « remercier les militants du parti car, depuis le vote, on n’a pas eu le temps d’aller les remercier. »

Et de citer un proverbe pour justifier cette décision. « Quand tu passes la nuit à danser avec quelqu’un, s’il te demande le matin pourquoi tu as les yeux rouges, il s’est moqué de toi. Donc, si nos militants se sont mobilisés en réalisant le coup KO, il faut qu’on aille les remercier. »

Comme pour faire preuve de défiance à l’endroit de ses détracteurs, Alpha a dans la foulée lancé à la foule : « il faut savoir que la piqûre du moustique ne peut rien contre l’éléphant. Il ne faut pas que les  cadres patriotes du parti perdent leur temps, j’ai toujours dit que je suis venu pour travailler pour les pauvres et les sortir de la misère, voilà ce que j’ai dit. »

Pour appuyer ces propos, il a prétexté qu’à chaque fois que des gens veulent combattre le RPG, il devient fort. Toujours dans la même lancée, le président a rappelé à ses militants qu’à chaque fois que des « opportunistes » ont voulu perturber la vie du parti, il en sort plutôt  renforcé.

Le secret de cette résilience  se trouverait dans le fait que le parti a une base solide.

Cet autre discours loin de taire la polémique, semble avoir mis de l’eau au moulin de ses détracteurs. Et les forces hostiles au président entendent se servir de cette opportunité pour le confondre, dans la perspective des joutes électorales à venir.

L'indépendant

Mamady Kéita

 

2 Commentaires

  1. le president alpha ne conais pas bien les guineens, lamine diallo et noumouke diallo ne sont pas des malinkes , ce sont des peuls, mara aussi n est pas malinke , c est un kouranko. le seul malinke parmi ces 4 cadres s appelle mouloukou souleymane kaba

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici