Le président Alpha a accompagné ce dimanche, sur l’esplanade du Palais du peuple, à Conakry, les femmes guinéennes dans la célébration de la journée internationale du droit des femmes.

Comme les années précédentes, le président Condé dans son allocution de 3 minutes, n’a pas manqué de rappeler l’intérêt qu’a la Guinée à œuvrer dans le sens de la progression et l’autonomisation des femmes.

C’est à cet effet qu’il a déclaré que la fête de cette année est  : «  particulière, car nous voulons que  la Guinée soit à l’avant-garde des pays africains qui font la promotion de la femme. C’est pourquoi dans la nouvelle constitution nous avons non seulement prévu la parité, mais l’interdiction des mutilations génitales féminines, comme l’excision, les mariages précoces. Souvent une fille nait on dit tu es destinée à épouser une telle personne. Mais le malheur c’est d’abord un choix libre, c’est ce que nous voulons pour les femmes de Guinée.»

Il est également revenu sur la partie de la nouvelle constitution dédiée aux femmes : «La nouvelle constitution est faite pour les femmes et les jeunes. Nous ne voulons plus qu’on oblige nos filles à se marier, nous ne voulons plus que les femmes soient frappées. Donc, tout ce qui se fera contre les femmes, nous allons désormais nous opposer. C’est ça l’objectif de la nouvelle constitution. Bien sûr on déforme, mais nous nous savons où nous allons. »

Avant d’annoncer en conclusion que : « pour la première fois dans l’histoire de la Guinée, une femme est promise au grade de général. Il s’agit de madame M’Mahawa Sylla. Elle a fait l’école de guerre en Chine, elle a servi avec honneur  au sein des  troupes  des nations unies en Côte d’Ivoire et aujourd’hui, elle est secrétaire générale  du comité nationale de la défense.»

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com