A l’occasion de l’inauguration du siège social de l’Agence nationale d’inclusion économique et sociale (ANIES), à Conakry, ce mercredi 29 janvier, le président Alpha Condé a réitéré la souveraineté de la Guinée et sa liberté dans la prise de décision.

Il a tout d’abord rappelé que la Guinée ‘‘a une tradition d’indépendance et de souveraineté. Nous allons continuer. Nous ferons ce que le peuple de Guinée veut. La Guinée a été toujours comme cela. En 58, nous avons osé dire non pour notre indépendance malgré tous les risques. Mais nous sommes toujours débout. Donc nous discutons avec nos partenaires, nous écoutons leurs conseils, mais personne ne dicte à la Guinée ce qu’elle doit faire. Personne ne dicte à la Guinée ce qu’elle doit faire. C’est le peuple de Guinée qui décide son avenir. Que cela soit clair pour tout le monde. Et ça ce n’est pas Alpha Condé, c’est l’histoire de la Guinée depuis 1958’’.

Ensuite, ‘‘le partenariat doit reposer sur le respect. Nous respectons les autres, ils doivent nous respecter aussi. En Soussou, il y a un proverbe qui dit ‘imounanhan sama ikhafiyama, inaha nassa boré ha fiyama’. C’est-à-dire le piment que tu ne mets pas sur ta plaie, faut pas mettre ça sur la plaie de l’autre. Le monde d’aujourd’hui est presque devenu uni, avec les nouvelles technologies on voit ce qui se passe dans le monde. Alors pourquoi on va nous obliger à faire différemment ce que les autres font chez eux ? Nous voyons des manifestations. Nous voyons des crises partout. Donc la Guinée a eu la chance, nous n’avons jamais eu de guerre civile, on a jamais été envahis’’, a-t ’il laissé entendre.

Avant de faire constater que ‘‘la Guinée c’est un pays de paix. Nous savons ce qu’une certaine presse essaye de présenter la Guinée (…) très souvent les gens au lieu de chercher la réalité, ils vont sur les réseaux sociaux. Mais nous voyons aujourd’hui les dégâts des réseaux sociaux. En ma connaissance, il me semble que le gouvernent français, cherche un moyen de comment contrôler les réseaux sociaux, mais je crois que c’est une illusion. Personne ne peut contrôler les réseaux sociaux. Si ça peut aider à gagner, ça peut aussi créer des troubles. Mais c’est l’évolution du monde. Donc nous sommes prêts à collaborer avec nos partenaires, à écouter, parce que nous sommes partenaires, à écouter leurs suggestions, mais dans le respect réciproque. Je le dis et j’insiste là-dessus’’.

Lire aussi: La France appelle à « l’apaisement » en Guinée

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com