Le Président Alpha Condé a donné une leçon de moral aux cadres ce mercredi 29 janvier, lors de l’inauguration du siège social de l’Agence nationale d’inclusion économique et sociale à Conakry.

Vous n’avez pas voté pour moi pour que je nomme votre fils ministre ou préfet

Le président Condé clarifie : ‘‘Moi, je suis élu pour travailler pour les pauvres. Vous n’avez pas voté pour moi pour que je nomme votre fils ministre ou préfet. Le seul engagement que j’ai pris, c’est de lutter pour les pauvres.’’

D’après lui, certains cadres ‘‘oublient souvent d’où ils viennent. Quand ils deviennent ministres, ils oublient que ce sont des gens qui se sont battus pour qu’ils soient ministres. Ils ne rendent même pas visite. Même si tu n’as pas d’argent à donner, tu rends visite au militant, il est content. Quand il sort, les gens le voient, le ministre est venu lui rendre visite, il est content. Les Soussous disent, inaha biradhé hamomatodé. Ne regarde pas là ou tu tombes, c’est là où tu t’es cogné. Hélas ; les cadres aujourd’hui c’est notre grand problème. Parce que très souvent, ils oublient le petit peuple. Malheureusement’’ !

Quand tu as un programme, tu t’adresses à l’esprit ; tu expliques objectivement

Caressant plus loin le rêve d’avoir grâce aux jeunes ‘‘une Guinée qui ne voit que le développement économique. Qu’est-ce que j’ai dans mon assiette, qu’est-ce que j’ai comme travail ? Qu’est-ce que j’ai qui fait avancer le pays’’ ? Il signifie par ailleurs que la relève est extrêmement importante, ‘‘parce que nos cadres d’un certain âge qui ont géré les différents régimes, ont pris des habitudes dont ils ne peuvent pas se séparer. Mais je fais confiance à la jeunesse, je fais confiance aux femmes. Je suis certain qu’avec eux on aura une nouvelle Guinée, une Guinée ou il n’y a pas de racisme, une Guinée ou il n’y a pas de différence de religions’’.

Il affirme enfin que ‘‘le racisme, l’ethnocentrisme, c’est le fait des hommes politiques qui n‘ont pas de programme. Quand tu as un programme, tu t’adresses à l’esprit ; tu expliques objectivement. Quand tu n’as pas de programme, tu t’adresses à l’irrationnel. C’est-à-dire vote pour moi parce que je suis musulman, vote pour moi parce que je suis malinké, vote pour moi parce que je suis soussou, etc.  La jeunesse progressivement, au fur et mesure qu’elle maitrise le savoir et l’emploi, cela va disparaitre. Donc je suis optimiste pour l’évolution de la Guinée. Ceux qui écrivent ce qu’ils veulent, ils n’ont qu’à écrire, ça ne va pas empêcher la Guinée d’avancer et d’aller toujours de l’avant’’.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com