Elhadj Alpha Oumar Sacko

Le président de l’Union nationale des boulangers de Guinée était l’invité de l’émission Cartes sur table de Ndimba radio (100.1 FM), ce mardi. Au cours de cette émission, Elhadj Alpha Oumar Sacko à propos de l’augmentation du prix du pain, a rappelé que « depuis avant l’arrivée du CNRD, je crois bien, nous on était en direct avec M. Alpha Condé, qui ne voulait pas entendre parler d’augmentation du prix du pain, malgré qu’ils ont gardé les boulangeries mobiles qui étaient disponibles. La seule chose qui va diminuer le prix du pain en Guinée, c’est quand on modernise les boulangeries comme la côte d’ivoire.  En côte d’ivoire, tu ne verras pas une sous-préfecture où il n’y a pas une boulangerie. Quand tu as une boulangerie moderne déjà y a le rendement, on peut augmenter le prix de la farine sans qu’on augmente le prix du pain et que ça soit des pains de qualité ».

Selon le président de l’Union, cette augmentation était prévue, mais pour des raisons de changement de régime la décision a connu un retard.

« Monsieur le ministre [Bernard Goumou] est venu trouver ce dossier sur la table. Donc ce n’est pas parce que c’est les nouvelles autorités qui ont créé ces prix-là, tous les pays voisins ont augmenté depuis le mois de septembre et comme vous le savez, après le 5 septembre y avait pas de gouvernement ; c’est ce qui explique ce retard sur l’augmentation du prix du paix. Le pain se vendait à 3 500 GNF dans les fours et on revendait dans les points de vente à 4000 francs. Lorsqu’on voulait l’augmentation si les industriels appuyaient les prix auxquels ils voulaient vendre à 380 000 francs, le pain allait se vendre à 5 000 francs soit 4500 francs à partir des fours et on a jugé nécessaire de revoir avec les membres du gouvernement pour qu’on augmente que 500 francs sur la baguette et 250 francs pour le petit pain », a-t-il expliqué.

Pour le moment, le président des boulangers privilégie la sensibilisation de ceux qui se livrent à l’augmentation fantaisiste des prix de la baguette avant la phase de répression.

« On était sur le terrain hier dans les quartiers Koloma, Bambeto, Cosa et Taouya pour la sensibilisation. Cela va se poursuivre aujourd’hui vers la soirée plus précisément à 16heures pour demander l’aide aux forces de défense et de sécurité pour aider à traquer tous ceux qui augmentent le prix du pain », a mis en garde le président de l’UNBG.

Thierno Abdoul Barry pour Guinee7.com