Invité de l’émission Cartes sur table sur NDIMBA Radio, ce mardi 30 novembre 2021, Amadou Tham Camara, président de la Commission d’éthique de la fédération guinéenne de football remplacée par le CONOR (Comité de normalisation) et vice-président du CONOR de 2017 a décrypté l’actualité du football guinéen secoué par des crises.

Dans cette interview il a rappellé qu’à l’arrivée de l’équipe de Antonio à la place de l’équipe précédente dirigée par Salifou Camara super V, il y avait un contentieux entre les deux équipes qui, selon lui, n’a pas été bien géré par l’équipe entrante:  « Alors le comité exécutif au lieu de s’occuper du développement du football, de mettre en œuvre son programme de développement, a perdu beaucoup de temps dans des procès notamment contre Super V, Amadou Diaby, contre Paul Put mais aussi le procès de fraude sur l’âge des U17. Donc, tant de procès ici et ailleurs qui ont plombé l’air au sein de la feguifoot… »

En plus, « Il y a eu le contentieux électoral qui a été mal géré. Donc toutes ces péripéties ont fait que la FiFa a conclu qu’il y a un certain nombre de disfonctionnements au sein de la FGF… »

Amadou Tham précise que l’objectif de la commission d’éthique qu’il avait en charge de présider visait à moraliser la gestion du football.

« Lorsque nous avons constaté des cas de corruption avérée qui ont été révélés par le président de la fédération lui-même. Nous avons estimé qu’il fallait prendre des sanctions. C’est ce qui se fait par toutes les commissions d’éthique. Nos difficultés ont commencé par-là, alors les gens ont été surpris de se rendre compte que la commission avait autant de pouvoir. Et depuis nous sommes rentrés dans une sorte de relation conflictuelle avec le comité exécutif qui nous craignait, et qui a tout fait pour nous réduire au silence. C’est ce qui a fait que, on en est arrivé un peu à ça », a déploré Amadou Tham Camara.

Pour finir, Amadou Tham estime que sur le plan intrinsèque, les joueurs Guinéens n’ont rien à rivaliser avec les autres de la sous-région. Mais, peut-être c’est dans le management et la valeur des entraîneurs, que les autres nations nous dépassent.

Pour lui, enfin, le football guinéen souffrira tant que le président d’un club est en même temps président de la Féguifoot. Car selon, lui, il sera toujours en conflit d’intérêts.

Thierno Abdoul Barry pour Guinée7.com