La cour d’appel de Conakry, ce vendredi 4 juin, a confirmé la condamnation de 10 ans d’emprisonnement de Boubacar Diallo alias Grenade, poursuivi pour « tentative de meurtre et de détention illégale d’armes de guerre ».

Après la sentence dite par le président du tribunal, Elhaj Souleymane Bah, le prévenu tenant fermement le banc sur lequel il est assis, en haute voix, a plaidé sa cause.

« Je ne veux pas retourner en prison. Même si je dois mourir ici sur place. Je suis innocent. Expliquez pourquoi je dois faire 10 ans de prison ? Je vais mourir dans trois jours en prison. Je vous informe de cela. Je croyais en votre travail. Vous les magistrats de ce pays si c’est comme ça vous travaillez, vos fils finiront mal. Je n’ai commis aucun crime. Qu’est-ce qui prouve que je dois faire ces 10 ans ? C’est un dossier politique (…) Ce que je veux, c’est juste m’occuper de ma grand-mère qui est couchée à la maison paralysée; il n’y a personne pour s’occuper d’elle. Elle ne compte que sur moi. A cause de moi, ma petite sœur ne va plus à l’école… Rappelez juste au président Alpha Condé qu’il est passé où je suis aujourd’hui, avant d’être président », a lancé Grenade.

Ce qui pour un moment a fait peser un lourd silence dans la salle et a précipité le retrait du juge et des conseillers.

Il a fallu plusieurs interventions des gardes pénitentiaires et de son avocat pour que Grenade accepte de rejoindre le fourgon pénitentiaire.

Apparemment déçu, Me Salifou Beavogui, a dit quelques mots : « Les mots me manquent. La cour vient de confirmer la décision de Conakry 2. Qui a condamné mon client Boubacar Diallo à 10 ans de réclusion criminelle assortis d’une période de sûreté de 5 ans. Je n’en reviens pas. Parce que je suis dépassé. Je ne pouvais pas m’attendre à la confirmation du jugement… »

A rappeler que Grenade avait été condamné par le tribunal de Dixinn, en 2019.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com