Aboubacar Soumah face aux enseignants (archives)

Au cours de l’assemblée générale de son syndicat qu’il a présidée, ce samedi 29 juin, Aboubacar Soumah s’est une nouvelle fois exprimé sur le refus de leur cotisation annuelle par l’Internationale de l’éducation (IE), sous prétexte que celle-ci a déjà été versée par, selon elle (IE, NDLR) la branche légale du SLECG, qui est dirigée par Dame Kadiatou Bah.

Après avoir souligné que la cotisation annuelle de l’USTG, centrale mère du SLECG, a été payée à la Confédération Syndicale Internationale, dans la même salle de la 108ème conférence internationale du travail, le meneur de la dernière grève des enseignants a également rappelé que l’IE (Internationale du Travail) est organisation sectorielle qui est affiliée à la CSI et que son syndicat a été reconnu par la CSI.

« Dans les débats (lors de la 108ème conférence internationale du travail) quand nous avons posé le problème du SLECG, ils nous ont dit qu’ils ont tous suivi en Guinée et qu’ils savent qui est sur le terrain en Guinée. Ils ont délégué un des membres de la CSI, qui suit toutes les activités des syndicats au niveau des différents pays et qui leur fait le compte de manière quotidienne. Donc, ils savent le SLECG qui est sur le terrain ici en Guinée, et ce n’est pas à discuter… Donc, pour nous, il n’y a plus de débat », a déclaré Aboubacar Soumah.

Par ailleurs, le camarde Soumah a pointé un doigt accusateur sur un certain Namory Keita, ancien trésorier du SLECG qui, selon lui, a permis à Kadiatou Bah de payer cette cotisation à l’IE. « Namory Keita qui détient le compte du SLECG à travers lequel on payait les cotisations, c’est ce compte-là qu’il a transmis à Kadiatou Bah, parce qu’ils étaient dans le même camp. Donc, c’est Namory Keita qui a créé toute cette zizanie-là …C’est un élément politique, il a politisé notre mouvement et c’est lui qui a radicalisé Kadiatou Bah, pour défendre la position du gouvernement depuis le début de ces revendications », a-t-il expliqué.

Pour terminer, Aboubacar Soumah a fait savoir qu’il n’est pas exclu que le SLECG se désaffilie de l’IE. « Et il faut le dire, l’IE n’a aucun impact sur nous ; s’il (bureau de IE) persiste à cause du fait qu’elle (Kadiatou Bah, Ndlr) est dans une structure de l’IE au niveau régional, si c’est à cause de cette relation-là, on peut se désaffilier de l’IE. Il y a assez d’organisations internationales auxquelles on peut s’affilier… Le syndicat, ce n’est pas le bureau, ce n’est pas les papiers, le syndicat, c’est la base. Donc, ne craignez absolument rien », a-t-il conclu.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire