A la tribune de l’assemblée du RPG AEC, ce samedi 29 février à Conakry, le président Alpha Condé, a donné les raisons pour lesquelles il a reporté la date des élections législatives et du referendum constitutionnel.

Dans son discours de 18 min, le Président de la République est revenu sur la confiance qu’il a, au logiciel utilisé par la Guinée dans le cadre du scrutin. « On ne doit pas avoir de doute sur le fichier. Nous avons aujourd’hui le logiciel le plus performant qui existe en Afrique. Ce qui est important, le logiciel que nous avons, personne ne l’a. Ça enlève les morts, les mineurs, tu ne peux pas t’inscrire deux fois », affirme le président de la République.

Avant d’appuyer : « Donc s’il y a un doute qu’on veut voler, il faut qu’on montre à la face du monde qu’on ne vole pas. Et que nous, on fait des élections transparentes. Et puis la Guinée a été un pays panafricain, qui a toujours joué un rôle au niveau de l’Afrique, donc nous ne pouvons pas accepter qu’au niveau de l’Afrique, qu’il y ait un doute sur notre sincérité dans les élections. Ça c’est fondamental. Je dis bien en Afrique. »

Et d’insister : « Donc je ne veux pas qu’on dise qu’on a volé. C’est pourquoi j’ai dit on vous laisse le temps de venir. Nous on est sûr de notre logiciel. On sait. Mais il faut utiliser les deux semaines là pour vraiment renforcer le travail sur le terrain, parce que beaucoup de nos militants n’ont pas encore pris leurs cartes. Tout le monde n’a pas encore appris à voter. Vous devez travailler plus dans les deux semaines là qu’avant », a exhorté le président, s’adressant à ses militants en langue soussou.

J’ai dit toujours que les questions africaines doivent être réglées par les Africains

Tout le long de son exposé, le Président n’a pas manqué de rappeler les hauts faits de la Guinée dans la libération générale de l’Afrique : « J’ai dit toujours que les questions africaines doivent être réglées par les Africains. »

Selon le président, si « nos amis Africains » veulent savoir si notre fichier est bon, « je leur dit, venez. Parce que si on dit la nuit que tu es vilain, le matin on va savoir si tu es vilain ou beau. Donc, on a dit Ok, on va reculer de deux semaines, vous venez constater vous-mêmes que :  un, il n’y a pas de doublons ; deux, il n’y a pas de morts, et trois qu’il n’y a pas de mineurs ».

D’après lui, « On ne peut pas se permettre quand on connait le passé et le présent de la Guinée qu’il y ait un doute dans l’Union africaine ou la CEDEAO nous concernant ».

Après avoir rappelé la présidence de Diallo Tely à la tête de l’UA, il a déclaré que « nous devons être à l’avant-garde, être parmi les meilleurs que ce soit dans les élections ou autres choses. Mais comme beaucoup d’entre vous ne comprennent pas, je suis venu vous expliquer…Donc, il faut être sereins et être fiers du fait que nous soyons capables de faire des concessions pour que nos amis Africains sachent qu’on sera toujours à l’avant-garde en Afrique dans tous les domaines. C’est extrêmement important pour l’image de la Guinée.  Et c’est les mêmes qui vont aux élections, les partis qui sont en campagne actuellement ».

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com