Après les résultats définitifs des législatives donnés par la Cour Suprême, nous avons recueilli certaines réactions.

Dr Marie Kenneth Guilavogui, directrice de campagne du RPG-Arc-en-ciel aux élections législatives

‘‘Pas du tout surprise des résultats’’

‘‘Mes sentiments sont les meilleurs dans la mesure où c’est la Guinée qui gagne. Vous avez tout à l’heure entendu que la Cour suprême a confirmé ce qui a été dit par la Ceni. Je pense que nous allons reprendre aujourd’hui la nouvelle marche, qui est simplement l’installation de l’Assemblée nationale et nous allons repartir pour le développement de ce pays. Surprise non. Pas du tout surprise des résultats. Les résultats sont tombés, je pense que c’est la paix dans la cité’’.

Me Thierno Souleymane Baldé, avocat de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG)

‘‘Nous venons de rater une grande occasion’’

 “Nous venons de rater une grande occasion. Vous avez suivi l’arrêt de la Cour, elle se déclare incompétente pour connaitre les recours déposés devant elle. La Cour Constitutionnelle est la seule juridiction compétente, selon la législation guinéenne, pour connaitre les recours en matière électorale. Au premier tour de la présidentielle de 2010, lorsque les différents partis avaient déposé des recours, effectivement la même Cour avait annulé certains PV au niveau de certaines communes, notamment Ratoma, Matam et dans certaines préfectures. Et si elle se déclare incompétente cette fois-ci de connaitre les mêmes réclamations, quel autre recours disposons-nous pour faire valoir nos réclamations ? Je vous laisse donner la réponse. Nous estimons que c’est une occasion que nous avons manquée pour démontrer non seulement la crédibilité mais aussi l’indépendance de la Cour, c’est la seule juridiction compétente des questions électorales en Guinée. Dans chaque pays, quand il y a des problèmes entre les citoyens, on se tourne vers la Cour suprême. Et la Cour suprême est le dernier recours en matière électorale. Son arrêt n’est pas susceptible de recours elle aurait dû se déclarer compétente et effectivement examiner les différentes requêtes sur la base des preuves qui lui ont été fournies et prendre une décision responsable. Mais tel n’a pas été le cas, tous les citoyens vont le constater. Et nous estimons, une fois de plus, que nous avons raté une opportunité’’.

Tomaso Caproglio, chef d’observateur adjoint de la mission d’observation électorale  de l’Union Européenne

‘‘Les arrêts de la Cour ne doivent pas être commentés’’

‘‘Les arrêts de la Cour ne doivent pas être commentés. Il faut les étudier, il faut voir tranquillement. Nous aussi comme on l’a fait toujours, quand on va faire notre rapport final qu’on va présenter en Guinée le 16 décembre prochain, vous allez trouver aussi nos conclusions et nos réflexions et nos opinions sur l’arrêt qui a mis fin à ce processus électoral  des élections législatives de 2013’’.

Me Mory Doubouya, avocat  principal du RPG-Arc- En-Ciel

‘‘Cet arrêt étant insusceptible de recours, il ne peut être commenté que dans les amphithéâtres’’

‘‘La Cour a estimé  que les griefs et les moyens articulés par les requérants  relativement à la régularité des opérations électorales en tout cas en ce qui concerne la régularité du scrutin du 28 septembre 2013 était pour la plus part des griefs qui ne pouvaient pas être pris en compte comme motif pouvant justifier l’annulation du scrutin. Et vous avez vu que pour la plupart les griefs invoqués par les partis se rapportaient soit au cadre préparatoire des élections, au déroulement des élections ou au contrôle de la transparence des opérations électorales. Et comme je le disais statuant sans désemparer, la Cour vient de rejeter l’ensemble des griefs et faits articulés par les différents requérants. Des requêtes tendant soit à obtenir l’annulation partielle ou totale du scrutin. Pour le RPG Arc-En-Ciel, cet arrêt étant insusceptible de recours, il ne peut être commenté que dans les amphithéâtres. Nous demandons au peuple de Guinée de se mettre au travail. Parce que, ce qui est beaucoup plus important dans cet arrêt, c’est la consolidation de la démocratie. Avec la proclamation officielle des résultats, notre démocratie vient d’être consolidée. Il faut donc se mettre au travail et faire en sorte que les Guinéens se donnent la main et transposer les débats au niveau de l’hémicycle  pour quitter la rue. Puisque vous le savez, la rue n’est pas le cadre de raffermissement de la démocratie. Mais par contre les actions de rue engendrent la violence et la division des Guinéens.  Nous devons construire notre pays dans la diversité en tenant compte des objectifs communs à atteindre, faire en sorte que la Guinée soit un pays émergeant’’.

Damantang Camara, porte-parole du gouvernement, joint au téléphone

‘‘Nous sommes républicains et donc que nous respecterons la décision de la Cour Suprême’’

‘‘Nous prenons acte de la décision de la Cour Suprême. Il est vrai qu’on aurait souhaité que nos revendications soient acceptées et qu’elles aboutissent. Mais nous partons du principe que nous avons toujours dit que nous sommes républicains et donc que nous respecterons la décision de la Cour Suprême. Ce qui est le plus important aujourd’hui, c’est que la Guinée ait rejoint le concert des nations démocratiques puisque nous avons une Assemblée légitime et représentative du peuple de Guinée. Le plus important c’est que chaque Guinéen prennent conscience qu’aujourd’hui nous avons une Assemblée et que nous avons franchi une étape importante de notre histoire. Que chacun garde sa sérénité dans ce genre de situation et que chacun comprenne qu’aucune démocratie n’est parfaite. On l’a bien compris lorsque le président de la Cour a fait état des vices et des contenus dans les mémoires des avocats, ça veut dire que même à ce niveau il y a des efforts encore à faire pour notre pays’’.

Propos recueillis par El. Hadj Mohamed Diallo

 

Publicités

Laisser un commentaire