Le ministre des mines et de la géologie, a été reçu à l’assemblée nationale, ce lundi, 04 novembre par l’inter-commission des mines. Il s’agissait pour le ministre Abdoulaye Magassouba, de présenter aux députés la convention d’exploitation des gisements de fer du Mont Nimba. 

Une convention signée entre l’Etat Guinéen et la société High Power Exploration (HPX), en septembre 2019 pour un montant total d’investissement, estimé à plus d’un milliard de dollars américains. 

De la genèse du projet, à la référence aux anciennes études sur le Mont Nimba, en passant par la signature de la convention amendée et consolidée, ainsi que la question d’évacuation, rien a été omis par le ministre des mines. L’aspect environnemental et la supposée vente du Nimba, ont été également abordés par le ministre.

Ceci, pour la transparence dans le secteur minier de la Guinée. 

Au sortir de cet échange à bâton rompu, le ministre Abdoulaye Magassouba, a indiqué que la base de développement de ce projet, c’est le développement du Trans-Guinéen. 

Ce qui l’a d’ailleurs amené à souligner que c’est donc une priorité de l’Etat Guinéen. 

« Si le projet n’est pas profitable sur le Trans-Guinéen, si c’est la seule option qui existe, le projet ne se réalisera jamais. Donc, la première chose, nous avons rendu plus rigoureux le mécanisme dans lequel l’évaluation de la viabilité par le Trans-Guinéen doit se faire. La deuxième chose, si après l’évaluation de cette viabilité, il se trouve que le projet n’est pas viable par le Trans-Guinéen, en plus du projet intérimaire de petite quantité qui doit passer par le Libéria, le grand projet peut passer par le Libéria sous deux conditions supplémentaires. La première, c’est qu’il y ait une redevance additionnelle qui sera payée à l’Etat Guinéen pour partager en quelque sorte les économies réalisées par les investisseurs à cause du passage par le Libéria. La deuxième condition, c’est que le jour où le Trans-Guinéen est disponible, que le retour de l’évacuation par le Trans-Guinéen soit rendu possible. Donc, le Trans-Guinéen est une priorité pour l’Etat Guinéen, une priorité pour le gouvernement Guinéen et c’est une priorité du président de la République », a-t-il indiqué. 

Par ailleurs, le ministre des Mines et de la Géologie, a fait savoir que les quatre blocs du Simandou constitueront la base de développement du Trans-Guinéen, tout en précisant que la qualité de l’investisseur, ainsi que l’accord négocié seront des atouts majeurs pour le développement de ce projet. 

Doura

Publicités

Laisser un commentaire