La plénière du samedi 25 octobre 2014 consacrée à la présentation du projet de Budget de la loi de finances initiales 2015, aura été ponctuée de débats démocratiques sous le magistère du Président de l’Assemblée Nationale, Claude Kory Kondiano.

Au regard  des divergences qui frôlaient de peu la dissension, du perchoir, le Président Claude Kory Kondiano aura été, un Président au sens managérial pointu, celui qui a fait preuve de capacité d’un président maniant souplesse et rigueur que les Anglais appellent avoir une main « soft and hard ».

Aux dires des observateurs ayant décrypté la dextérité avec laquelle le Président  conduisait    les travaux en maintenant le parfait équilibre entre les différents courants politiques à l’hémicycle, la mouvance présidentielle aura fait un choix pondéré en portant au perchoir cet homme de foi, un tribun patriote hors pair.

En plus, ce qui est la vertu unanimement reconnue aujourd’hui à cet homme par l’ensemble des Députés, c’est son sens élevé d’écoute et sa capacité managériale. De toute évidence, l’on dénote aujourd’hui à l’hémicycle un climat d’apaisement impulsé par dit-on, par la hauteur de vue d’un Président qui, avant son élection, portait une image qui souffre de mille préjugés.

Claude Kory Kondiano est en train de poser sa marque, dissipant ainsi les anathèmes que des pourfendeurs jetaient à tort sur sa personne.

En tout cas, même ses détracteurs d’hier commencent à se délier la langue.

C’est dans cette optique d’ailleurs, que certains Députés de l’opposition affirment aujourd’hui, que n’eût été Claude Kory Kondiano au perchoir,  il n’y aurait pas de plénière à l’hémicycle.

Yéma Leno de l’Assemblée Nationale

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici