C’est sur l’initiative du ministère du budget et le financement du  gouvernement guinéen, qu’un atelier regroupant des experts des 14 pays réunis au sein de l’Initiative africaine concertée sur la réforme budgétaire (CABRI), s’est ouvert, ce jeudi 22 février, dans un complexe hôtelier de la capitale.

Ces experts internationaux vont, pendant ces deux jours (22 et 23 février), s’adonner aux exercices entre autres :  présenter les progrès réalisés dans leurs pays respectifs en matière de transparence ; réfléchir sur les rôles des différents acteurs de l’écosystème de redevabilité, afin que la transparence budgétaire contribue à une utilisation efficace et équitable des ressources publiques.

Le ministre du budget, Mohamed Lamine Doumbouya, dans son discours, a signalé qu’ « aujourd’hui, les réformes législatives et administratives ont érigé la transparence en principe fondamental de l’action publique. Cette évolution logique suit en réalité l’aspiration de nos populations. En effet, les citoyens guinéens, à l’image des citoyens des pays ici représentés et d’ailleurs, sont désireux de participer davantage aux décisions publiques et au fonctionnement des pouvoirs publics. Ils attendent de jouir pleinement des bénéfices du budget de l’État, leur budget. Ils veulent aussi des explications sur les raisons qui motivent les politiques budgétaires que nous menons ».

Ensuite, il a souligné le fait que « notre défi est de concrétiser l’engagement du président de la République de faire adhérer effectivement la Guinée au partenariat pour un gouvernement ouvert en 2018. Pour ce faire, nous envisageons renforcer l’ouverture des données publiques, la responsabilité et la redevabilité en matière de gestion de finances publiques, ainsi que la participation de nos concitoyens à l’élaboration et à l’évaluation des politiques publiques ».

Enfin, il a terminé en disant : « C’est pour cette raison que je formule le vœu que le présent atelier permette à la partie guinéenne d’apprendre des expériences d’ailleurs, pour permettre à notre pays de faire face à ses différents défis et de continuer d’aller de l’avant. Le Ggouvernement est déterminé à poursuivre les réformes des finances publiques, afin de renforcer davantage la citoyenneté du budget et permettre à nos populations de se reconnaitre dans les politiques publiques que nous conduisons ».

Joana Bento, spécialiste sur la transparence budgétaire, a quant à elle,  expliqué que : « On travaille avec plusieurs pays africains pour avancer des réformes des finances publiques, que ce soit dans le domaine de la transparence, de l’optimisation des ressources publiques, dans divers secteurs ainsi que dans la gestion de la dette publique. La Guinée est devenue tout récemment un membre officiel de CABRI. Aujourd’hui, cet atelier sur la transparence vise surtout à savoir comment on peut faire avancer le record de la transparence publique ».

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Publicités