Très rarement, un viol collectif, suivi de la mort d’une femme, n’a suscité autant d’émotion en Guinée. Mmah Sylla, illustre inconnue jusque-là, abusée, empoisonnée par toutes les substances qui lui ont été injectées et poussée à l’avortement par des personnes se réclamant du corps médical, a connu un destin tragique. Très mal en point avant son départ pour Tunis, la jeune dame a finalement rendu l’âme, loin de son pays et des siens…

On a connu le scandale du stade du 28 septembre, en 2009, où plus d’une centaine de femmes ont été sauvagement violées, voire mutilées ou tuées. On a connu le cas de cette dame commerçante, victime d’un viol collectif à Siguiri et subissant des pressions de sa propre famille, l’obligeant à fuir à Conakry où elle a livré un terrible et glaçant témoignage à la presse. Il y a aussi tous ces cas relayés quasiment tous les mois par les journalistes, dénonçant les mêmes pratiques sordides, parfois pédophiles, aux quatre coins de la Guinée.

Plusieurs occasions ont pourtant été données à cette société pour rompre définitivement avec un certain état d’esprit, avec une certaine forme de « tolérance » qui ruine ses valeurs nobles, sape son éthique, dans un contexte de banalisation du viol où les femmes subissent des préjugés négatifs, abondamment relayés par les réseaux sociaux. Au diable les preuves récoltées par les limiers ! La victime est facilement transformée en bourreau par de simples délires d’internautes, influencés qu’ils sont par l’aura du présumé violeur pour lequel les « procureurs du web » affichent publiquement une sympathie indécente.

Il y a environ une décennie, l’affaire Nafissatou Diallo, du nom de cette jeune Guinéenne, agressée sexuellement (en Mai 2011) par l’ancien directeur général du Fonds Monétaire International (FMI), est là pour nous rappeler à notre « bonne conscience ». Que n’avons-nous pas entendu dans cette affaire, nous qui avons pris la peine de nous rendre à Tiacoulé (le village d’origine de Nafissatou), du côté de Lélouma, pour enquêter sur cette affaire ? Aujourd’hui encore, ceux qui, confortablement installés dans un café de quartier ou derrière leur clavier d’ordinateur, se sont contentés de laisser libre cours à leur imagination fertile sont encore les plus volubiles dans une histoire dont ils ignorent totalement les tenants et les aboutissants. La pauvre Nafissatou en est sortie complètement traumatisée !

Evidemment, si les accusations fantaisistes peuvent parfois être réelles (même si dans les faits ces cas sont très marginaux !), point n’est besoin de rappeler aux plus bornés d’entre nous que le viol est un crime et que beaucoup de facteurs y concourent, à commencer par notre mode de pensée.

Il y a, avant tout, cette violence banalisée contre le sexe (dit) faible que l’on peut observer au coin d’une rue ; avec un gaillard rouant de coups une jeune fille sous prétexte que c’est sa « petite amie », devant des passants stoïques. Certains ont même poussé le vice jusqu’à les déshabiller en public, sous les applaudissements d’une foule hystérique, incluant des enfants !

Il y a aussi cet encouragement à la culture du viol, avec tous ces mariages précoces imposés à d’innocentes jeunes filles à peine pubères, offertes comme des marchandises à des adultes sans aucune once de morale, dans l’indifférence quasi-générale. Toutes les nuits, celles-là sont pourtant violées ! Rares sont ceux qui ont le courage de dénoncer ce fait ignoble. Est-ce si difficile d’interdire le mariage de filles mineures (donc de moins de 18 ans) et d’appliquer sévèrement la loi contre ces égoïstes aux idées moyenâgeuses ? Qu’attend-on pour agir ?

Il y a également toutes ces plaintes rangées dans les tiroirs parce que le violeur est membre de la famille qu’il ne faut surtout pas exposer cette dernière à la « honte » et au « déshonneur », comme si les actes irresponsables d’un homme qui a le diable dans le pantalon, peuvent engager l’honneur d’une famille. Ce n’est pas pour rien qu’on assiste, dans ce cas de figure, à des récidives de la part de prédateurs sexuels !

Il y a enfin tous ces hommes qui profitent de leurs privilèges ou de leur position de pouvoir pour se livrer sans vergogne au chantage contre leurs proies, violées entre quatre murs, et qui, par honte ou par peur, n’osent jamais en parler. Cerise sur le gâteau des bourreaux, il semble évident que les prisons ne sont pas aussi étanches pour les voleurs de poules que pour les violeurs qui en ont les moyens !

Bref, les jeunes filles et les femmes ont déjà assez d’astuces à trouver contre les gredins des coins malfamés et/ou dangereux pour éviter les viols. Si maintenant, elles doivent se méfier de ceux qui sont censés les protéger, il est clair qu’on en ajoute à leur mal-être dans une société qui, jusque-là, leur a lâchement tourné le dos. Le cas Mmah Sylla doit servir d’exemple pour stopper cette spirale honteuse et redonner l’espoir à toutes ces femmes qui souffrent en silence. Cela commencera inévitablement par rendre justice à la mémoire de cette brave dame, une héroïne, qui mérite notre respect à tous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.