Abdourahamane Sano, ex coordinateur du FNDC est actuellement en audition à la direction centrale des investigations de la gendarmerie nationale, pour la troisième fois de suite. On lui reprocherait d’avoir pris part á une réunion ces derniers jours. L’organisation guinéenne pour la défense des droits humains et du citoyen (OGDH) se dit préoccupée.

« C’est avec beaucoup de préoccupation que nous avons appris cette actualité de la convocation de M. Sano par la direction centrale d’investigation judiciaire. Et ce qui nous inquiète davantage c’est surtout le motif de cette convocation dans laquelle il est mentionné « pour fin de vérification ». Donc, vous avez vu c’est une convocation avec beaucoup d’imprécisions donc, pour nous c’est inquiétant dans la mesure où aujourd’hui, M. Sano, tout le monde connaît son engagement citoyen en Guinée on n’a pas besoin de le démontrer. Il a été un des acteurs clés de la lutte pour la préservation des acquis démocratiques ces six dernières années. C’est quelqu’un vraiment de très engagé, très correct donc, nous on est inquiet d’autant plus qu’il y a des militants pro-démocratie qui sont déjà arrivés et qui sont en détention préventive prolongée sans jugement. C’est pourquoi nous avons fait cette sortie médiatique pour demander à ce que ses droits (parlant d’Abdourahmane Sanoh) soient respectés mais l’arrêt immédiat de l’harcèlement judiciaire contre les militants prodémocratie. Parce qu’il ne faut pas qu’on se mette dans une logique aujourd’hui de vouloir taire toute les voix dissonantes dans ce pays », a déclaré Alseny Sall, chargé de communication de l’OGDH dans un entretien qu’il a accordé à notre rédaction, ce vendredi 6 janvier 2023.

Bhoye Barry pour guinee7.com